Tarn-et-Garonne : Elle attache son chien à un arbre et le laisse mourir de faim.


Un shar-peï. (Illustration / photo pxhere)

C’est un chassseur qui a fait la terrible découverte dans une forêt de Corebarieu, dans le Tarn-et-Garonne.


Un shar-peï est mort de faim et de soif après être resté attaché à un arbre. Le jeune chien d’un an n’avait aucune chance de s’en sortir. Le corps de l’animal a été retrouvé le 23 décembre dernier au matin, par un chasseur qui a alerté le garde-chasse de Saint-Nauphary.

Ce dernier a alors prévenu les gendarmes. L’homme a rapidement constaté que le chien décédé était pucé, permettant de retrouver son ou sa propriétaire.

L’animal a tenté de se libérer, en vain

« Le chien était attaché à un arbre avec sa laisse, une très jolie laisse, reliée à un collier. Son corps était amaigri mais n’était pas encore marqué par la putréfaction. J’avais pris mon lecteur de puces. Je pensais que celui qui avait abandonné ainsi son chien n’avait certainement pas laissé sa signature. Et pourtant, le chien était bel et bien pucé », a raconté M. Cagnac à La Dépêche du Midi.

Le jeune chien a clairement tenté de se défaire de sa laisse, ses pattes étaient emmêlées dedans. L’autopsie pratiquée par un vétérinaire a montré que l’animal était décédé de faim et de soif.

Convoquée devant la justice le 12 juin

Les gendarmes n’ont eu aucun mal à identifier la propriétaire de ce shar-peï, grâce à la puce qui était toujours présente sur son chien. La mise en cause a expliqué aux militaires qu’elle ne souhaitait plus avoir d’animal.

La maîtresse du chien décédé est convoquée devant le tribunal correctionnel le 12 juin prochain. Le Code pénal considère l’abandon comme un acte de cruauté, il s’agit d’un délit puni de 2 ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende.