Une famille française se voit infliger 1000 € d’amende pour avoir emporté du sable de Sardaigne en souvenir


Une famille française a écopé de 1 000 € d'amende pour avoir prélevé 2 kg de sable en Sardaigne. (photo Sardegna Rubata e Depredata)

Pour préserver son littoral, la Sardaigne (Italie) interdit aux touristes de prélever du sable depuis plusieurs années.

Rapporter du sable en souvenir de son lieu de villégiature peut coûter cher. C’est la mésaventure arrivée à une famille française qui a séjourné en Sardaigne récemment. Les touristes avaient récupéré du sable sur plusieurs plages de l’île italienne pour le ramener chez eux, Sardegna Live.

Il ont été contrôlés à l’aéroport de Caligari-Elmas à la fin de leurs vacances, alors qu’ils s’apprêtaient à revenir en France. Les agents en charge de la protection du littoral ont découvert 6 sacs de sable dans leurs bagages, accompagnés d’un papier manuscrit sur lequel figurait la provenance de chacun d’entre eux. Au total, deux kilos de sable ont été volés à Capriccioli (Arzachena), Is Arutas et Maimoni (Cabras), Putzu Idu (San Vero Milis), S’archittu (Cuglieri) et Coaquaddus (Sant’Antioco).

Les touristes ont été verbalisés à hauteur de 1 000 euros, ont indiqué les autorités locales ce jeudi. Selon une association qui se fait l’écho de cette histoire sur Facebook, la famille a expliqué qu’il lui semblait normal de récupérer un tel souvenir, sans avoir imaginé l’impact d’un tel acte sur l’environnement.

Une pratique interdite et sanctionnée

« Ces comportements non seulement nuisent à l’environnement mais compromettent l’entretien du littoral destiné au développement durable du tourisme en Sardaigne », précise un communiqué des autorités locales.


La Sardaigne interdit depuis plusieurs années aux touristes de prélever le sable de ses plages, parfois en forme de grains de riz. Des amendes au montant élevées sont prévues afin de dissuader les personnes qui souhaiteraient s’adonner à cette pratique.

En août 2019, un couple de Français avait été intercepté avec 40 kg de sable dans sa voiture. Ils s’apprêtaient à quitter l’île par un ferry à destination de Toulon (Var).