Yvelines : Une femme centenaire meurt dans un Ehpad après avoir été «débranchée», sa petite-fille interpellée


Illustration. (Shutterstock)

Des membres du personnel de l’Ehpad des Saules à Guyancourt (Yvelines), ont découvert une pensionnaire âgée de 104 ans sans vie. Or, si son état de santé n’était pas parfait, elle ne semblait pas en danger de mort.

Une enquête a été ouverte pour « homicide volontaire » après le décès suspect d’une femme centenaire dans une maison de retraite. Elle a été retrouvée morte dans sa chambre, après que l’appareil d’assistance respiratoire dont elle était dépendante a été débranché.

Immédiatement après avoir fait la macabre découverte, ce samedi, le personnel de l’Ehpad a alerté la police, relate Le Parisien. Lorsque les fonctionnaires sont arrivés sur place, la direction de l’établissement les a informés que la petite-fille de la centenaire était présente, et qu’elle avait rendu visite à sa grand-mère ce jour-là.

Soupçonnée d’homicide

La petite-fille, âgée de 51 ans et domiciliée à Saint-Quentin-en-Yvelines, a été interpellée sur-le-champ et placée en garde à vue. Les policiers du commissariat d’Élancourt sont en charge des investigations. La quinquagénaire est soupçonnée d’avoir tué la pensionnaire.

Sa garde à vue a été levée ce dimanche à 11h. Elle a subi une expertise psychiatrique et ses résultats sont attendus par les enquêteurs.


Une autopsie doit être pratiquée sur le corps de la victime pour connaître avec exactitude les raisons de sa mort. La direction de l’établissement qui appartient au groupe « Korian » a été joint par le quotidien francilien et n’a pas souhaité s’exprimer, évoquant l’enquête judiciaire en cours.

Déjà « débranchée » par le passé

La direction de l’établissement avait déjà signalé des problèmes en lien avec cette résidente, selon une source proche du dossier. « Ce n’est pas la première fois qu’elle est débranchée » aurait indiqué l’établissement, relate France Bleu.