Affaire Aurélie Vaquier : le corps découvert est bien le sien, son compagnon nie les faits


Aurélie Vaquier avait disparu le 28 janvier dernier. (photo parquet de Béziers)

Le corps découvert dans la maison de la défunte ce mercredi, sous une dalle de béton, est bien celui d’Aurélie Vaquier. La garde à vue de son compagnon a été prolongée.


Le corps d’Aurélie Vaquier a été identifié par les enquêteurs. Cette femme de 38 ans avait disparu le 28 janvier dernier à Bédarieux (Hérault). L’expertise de sa dentition et l’identification d’un nouveau tatouage sur l’avant-bras a confirmé aux gendarmes qu’il s’agissait bien du cadavre de la trentenaire précise Midi Libre. Un premier tatouage et un piercing avaient été identifiés mercredi, ne laissant que de place au doute.

Son compagnon est toujours en garde à vue et la mesure a été prolongée de 24 heures ce jeudi. L’homme a été interpellé la veille après la découverte du corps qui se trouvait sous une dalle de béton, dans la maison où il vivait avec la défunte.

Il nie les faits

Pour l’heure, le mis en cause nie les faits. « Jusqu’à présent, il affirme ne pas être impliqué dans le décès de la jeune femme. Il dit ne pas comprendre ce qui a pu se passer et pourquoi ce corps a été retrouvé au domicile du couple », a indiqué le procureur de la République de Béziers, Raphaël Balland, dans un communiqué ce jeudi.

Le magistrat tiendra une conférence de presse ce vendredi à 15 heures pour évoquer ce dossier. Le suspect pourrait être déféré le même jour en vue de sa mise en examen.


Samire L., 39 ans, avait signalé la disparition de sa compagne le 23 février, soit près de trois semaines après sa disparition. Une semaine plus tôt, il avait alerté le frère de sa conjointe, Jérémy, pour le prévenir qu’« Aurélie lui a laissé un message dans lequel elle annonce vouloir quitter le domicile conjugal pour partir en retraite littéraire et écrire un livre sur sa vie et sa famille », détaille L’Indépendant. L’homme était en couple avec la défunte depuis juillet dernier et ils s’étaient installés ensemble en novembre à Bédarieux.