Affaire Shaoyao Liu, tué en 2017 par la police à Paris : les juges ordonnent un non-lieu


Illustration. (Shutterstock)

Un homme âgé de 56 ans avait été tué par la police lors d’une intervention dans le XIXe arrondissement de Paris en mars 2017. Les juges d’instruction ont ordonné un non-lieu dans cette affaire et la famille a décidé de faire appel de cette décision.

Ce 26 mars 2017, des policiers de la BAC ont été appelés vers 20h15 pour se rendre à la résidence Curial à Paris (XIXe). Un habitant était inquiet par la présence d’un homme muni d’une arme blanche dans les parties communes de l’immeuble. Le requérant avait fait également état d’un différend familial selon L’Express, citant des sources policières.

Le suspect, Shaoyao Liu, 56 ans, se trouvait sur son balcon à l’arrivée des policiers. Ces derniers se sont alors présentés à son domicile alors qu’ils venaient d’être invectivés par cet homme, en langue chinoise. Les policiers de la BAC ont expliqué avoir frappé à la porte plusieurs fois, puis avoir entendu « des hurlements et des pleurs ».

Il blesse un policier avec une paire de ciseaux

Ils ont décidé d’enfoncer la porte, compte tenu du signalement qui leur avait été donné et qui était à l’origine de leur intervention.

Alors qu’ils venaient d’accéder dans le logement, Shaoyao Liu s’est précipité sur l’un des fonctionnaires de la BAC et l’a blessé avec une paire de ciseaux, au niveau de l’aisselle selon cette même source. Le gilet pare-balle du policier avait permis de limiter la gravité de sa blessure.


Un second policier fait feu et neutralise le suspect

L’un de ses collègues a alors fait feu sur l’agresseur, estimant que ce dernier allait de nouveau frapper le policier. Shaoyao Liu a été mortellement touché au thorax. Ce dernier avait un taux d’alcoolémie de 0,71 gramme par litre de sang au moment des faits. Un taux relevé par les médecins lors des analyses toxicologiques.

« Ils étaient armés, je ne savais pas si c’était des vrais policiers ou des faux. Ils n’ont pas dit que c’était la police », avait déclaré l’une des filles de Shaoyao Liu, peu après sa mort.

Une ordonnance de non-lieu

Les juges d’instruction en charge de l’enquête sur la mort de Shaoyao Liu ont ordonné un non-lieu, dans une ordonnance datée du 11 juillet dernier indiquent plusieurs sources concordantes. Les magistrats ont donc retenu la thèse de la légitime défense. La famille du défunt a fait appel de cette décision.

« Depuis le début, les juges d’instruction, qui sont le bras armé du parquet, ont décidé que ça n’irait pas très loin, puisque le policier qui a tiré n’a jamais été mis en examen dans ce dossier », a déclaré Me Pierre Lumbroso, l’avocat de la famille, cité par Le Monde. Ce dernier a précisé avoir fait appel de la décision des juges le 17 juillet dernier.