Attaque à la préfecture : Le policier qui a abattu le tueur a refusé la Légion d’honneur mardi


Une cérémonie d'hommage aux quatre policiers tués s'est déroulée ce mardi à la préfecture de police. (photo PP)

C’est un jeune policier qui a mis fin au parcours sanglant du tueur de la préfecture de police jeudi. Ce dernier qui est âgé de 24 ans, souhaite rester discret et ne s’est pas exprimé dans les médias.

Son action héroïque a permis de mettre fin à l’attaque qui a coûté la vie à quatre policiers. Une policière a également été grièvement blessée, elle est d’ailleurs sortie de l’hôpital comme l’a annoncé le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner ce mardi.

Durant la cérémonie d’hommage aux quatre fonctionnaires tués, Emmanuel Macron n’a pas manqué de parler de Jonathan, 24 ans, affecté depuis seulement 6 jours dans son nouveau poste.

« Ces murs vibreront longtemps de l’écho de ce geste »

« Le tribut aurait été plus lourd encore si un gardien de la paix stagiaire, ayant rejoint le métier depuis seulement six jours, n’avait fait preuve d’une maîtrise et d’un courage hors-norme en neutralisant l’assaillant après les sommations requises. Ces murs vibreront longtemps de l’écho de ce geste », a déclaré le chef de l’État dans son discours.

Il devrait être promu

Ce jeune gardien de la paix stagiaire n’a pas encore repris son service depuis l’attaque. Il a par ailleurs refusé de recevoir la Légion d’honneur ce mardi explique BFMTV. Cette dernière pourrait toutefois lui être remise ultérieurement.


D’autre part, Jonathan devrait être promu brigadier de police dès sa titularisation, au titre de l’article 36 du décret n°95-654 du 9 mai 1995, pour acte de bravoure.

Des injonctions et deux coups de feu

Ce jeudi 3 octobre, Jonathan se trouvait à l’entrée principale de la préfecture de police muni de son fusil d’assaut de type HK UMP 9, en sécurisation. Alors que l’assaillant, Mickaël Harpon, descendait dans la cour avec son couteau métallique à la main, le gardien de la paix lui a ordonné de lâcher son arme à plusieurs reprises.

Face au refus du tueur qui a tenté de l’attaquer, le policier a fait feu à deux reprises avec son fusil, neutralisant mortellement l’assaillant de 45 ans.