Aube : Un homme tue par balle son assistante sociale et se suicide après s’être retranché chez lui


Illustration. (photo EPA/Étienne Laurent/Maxppp)

Un homme de 83 ans aurait tué son assistante sociale avant de se donner la mort ce mercredi à Virey-sous-Bar, une commune située au sud-est de Troyes (Aube). L’octogénaire a été retrouvé mort dans sa maison, où il s’était retranché.

Vive émotion à Virey-sous-Bar ce jeudi. Il était 15 heures hier lorsque le corps sans vie d’une femme, mère de deux enfants, a été découvert sur le perron d’une maison occupée par un homme de 83 ans explique la procureure de la République de Troyes, Sophie Macquart-Moulin, dans un communiqué. L’octogénaire vivait seul depuis le placement en Ehpad de son épouse atteinte de la maladie d’Alzheimer, il y a quelques mois.

Les gendarmes de la compagnie de Bar-sur-Aube se sont rendus sur place et se sont aperçus qu’une voiture du conseil départemental de l’Aube était stationnée à proximité de cette maison. Il s’agissait de celle de la victime de 36 ans, qui avait rendez-vous avec l’octogénaire dans le cadre d’un suivi social mis en place suite à l’isolement de ce dernier, affecté par le mauvais état de santé de sa compagne. Elle venait le voir une fois par mois.

Un contact établi avant que l’homme soit retrouvé mort

La victime a été tuée par arme à feu. Les gendarmes ont par conséquent mis en place un périmètre de sécurité autour de la maison, et les hommes du GIGN de Versailles ont été sollicités. Ces derniers sont arrivés sur place vers 19h45. Ils ont tenté de prendre contact avec le mis en cause de 83 ans retranché, qui n’a pas répondu au téléphone. Un contact a finalement été établi vers 22h20, en vain. Il n’y avait ensuite aucun mouvement dans l’habitation, les gendarmes ont donc décidé d’y pénétrer vers 1 heure. L’octogénaire a été retrouvé mort, tué à l’aide d’une arme longue. Il se serait donné la mort après avoir tué son assistante sociale.

Les deux corps vont être autopsiés ce jeudi par l’institut médico-légal de Reims, afin de confirmer les causes des décès. L’enquête a été confiée conjointement à la section de recherches de Reims (Marne) et à la brigade de recherches de Bar-sur-Aube.

« J’ai du mal à réaliser. La réalité dépasse la fiction », a réagi la maire de la commune, Isabelle Tobiet-Dossot, à France 3. L’édile a expliqué que l’octogénaire était « colérique et en voulait à la terre entière ».