Belfort : Un automobiliste fauche volontairement un gendarme et prend la fuite


Illustration. (Facebook / Groupement de gendarmerie départementale du Territoire de Belfort)

Le gendarme était en train d’effectuer un contrôle d’alcoolémie lorsque un automobiliste passant à proximité a fait un écart pour le percuter.

La victime est un adjudant de gendarmerie, âgé de 49 ans, exerçant à la communauté de brigades de Grandvillars-Monteux-Château (Territoire de Belfort).

Ce dimanche vers 10h40, le militaire a été fauché par un automobiliste alors qu’il opérait un contrôle routier avec ses camarades sur la rue Pégoud à Fontaine.

Une rave party à proximité

Des points de contrôle ont été mis en place par la gendarmerie dans le secteur, car une rave-party y avait été organisée.

Des jeunes de Haute-Saône avaient prétexté la tenue d’une fête d’anniversaire avec environ 200 invités, selon le maire. Mais durant la nuit, ce sont 200 voitures qui ont été comptabilisées avec beaucoup plus de personnes que prévu.


Le chauffard intercepté

C’est dans ce cadre que l’Adjudant procédait au contrôle d’un véhicule avec trois occupants à son bord. Soudain, une autre voiture a déboulé et a accéléré à hauteur des militaires. Le chauffard a fait un écart et a fauché l’Adjudant avant de prendre la fuite, rapporte L’Est Républicain.

Le quadrillage du secteur déjà en place a permis aux gendarmes de l’intercepter rapidement. Âgé de 20 ans, le mis en cause a été interpellé et placé en garde à vue. Il se serait rebellé et aurait outragé les forces de l’ordre.

Des blessures aux jambes

Le militaire a, pour sa part, été blessé au niveau des membres inférieurs. Les pompiers de Montreux-Château et de Belfort-Sud sont intervenus sur place et l’ont conduit à l’hôpital Nord Franche-Comté.

Tout comme les médecins, ils craignaient que l’Adjudant ne souffre de multiples fractures à la jambe droite. Après examens, il s’est avéré que la victime ne souffrait que de plaies. Une enquête a été ouverte pour « tentative d’homicide sur personne dépositaire de l’autorité publique », relate France Bleu.