Besançon : Les 2 acheteurs constatent que le cannabis a été remplacé par du savon, le livreur ouvre le feu et les tue


Illustration. (© PHOTOPQR/LA DEPECHE DU MIDI / JEAN MICHEL MAZET / MAXPPP)

Un homme âgé de 20 ans a été mis en examen avant d’être placé en détention provisoire ce mardi à Besançon (Doubs). Il aurait tenté de vendre du savon à la place de plusieurs kilos de cannabis. Lorsque les acheteurs se sont aperçus de la supercherie, il a ouvert le feu et a tué deux personnes. Trois autres victimes ont été blessées.


La livraison de drogues a mal tourné. Les faits se sont déroulés le 29 février dernier dans un petit appartement de Grandson, près d’Yverdon-les-Bains, dans l’ouest de la Suisse. Un Français de 20 ans résidant dans l’agglomération de Besançon (Doubs) est venu livrer les victimes qui avaient commandé plusieurs kilos de cannabis.

Le mis en cause avait remplacé la drogue par du savon, qu’il avait emballé et conditionné de la même façon afin de piéger les acheteurs. Mais les clients se sont rendus compte qu’il s’agissait de savon et non de cannabis et la situation a dégénéré a expliqué le procureur de la République de Besançon Emmanuel Manteaux, lors d’une conférence de presse ce mardi soir.

Cinq tirs : deux morts et trois blessés

Le Français s’est alors saisi de l’arme à feu de l’un des dealers et a tiré à cinq reprises. Deux des victimes ont été tuées, trois autres blessées. L’auteur des faits a ensuite rejoint la France et était introuvable durant 15 jours.

Il a finalement été interpellé « difficilement » par les gendarmes de la section de recherches de Besançon ce lundi et a été placé en garde à vue.


Un second suspect interpellé en Suisse

L’arme ayant servi au crime n’a pas été retrouvée à ce stade des investigations. Les policiers suisses avaient interpellé plus tôt un premier suspect de 19 ans domicilié dans le Doubs et travaillant en Suisse, de nationalité française. Ce dernier est soupçonné d’avoir mis en relation l’auteur des tirs avec les acheteurs.

Les deux hommes ont été mis en examen et placés en détention provisoire. Le tireur sera jugé à Besançon pour ce double homicide qu’il a reconnu lors de ses auditions. Quant au second suspect, il sera jugé en Suisse pour trafic de stupéfiants.

Les deux polices travaillent en « étroite collaboration »

La France n’extrade pas ses ressortissants vers la Suisse. Deux procédures judiciaires ont été ouvertes et sont instruites en parallèle dans les deux pays qui travaillent en « étroite collaboration » a indiqué le magistrat.