Besançon : Un chauffard ivre lancé à 140 km/h en ville tue une infirmière de 59 ans


Illustration. (shutterstock)

Une infirmière âgée de 59 ans a été tuée par un chauffard à Besançon (Doubs) dimanche 19 septembre. Ce dernier avait 1,35 gramme d’alcool par litre de sang. Il a percuté la voiture de la victime après avoir franchi un feu rouge à 140 km/h.

Le choc a été d’une violente inouïe, ne laissant aucune chance à cette femme de 59 ans, tuée sur le coup. Une semaine après ce terrible accident mortel, le procureur de la République de Besançon, Étienne Manteaux, a tenu une conférence de presse en compagnie du directeur départemental de la sécurité publique (DDSP) rapporte France 3.

« Je vais vous demander d’éteindre vos appareils, de ne pas filmer ce que je vais vous montrer », a lancé aux journalistes le magistrat, avant de dévoiler les images d’une vidéosurveillance montrant l’impact foudroyant entre la Volkswagen Polo du chauffard, et la Peugeot 207 de cette infirmière qui a perdu la vie. Il était 07h20 ce dimanche 19 septembre. « Le feu tricolore passe au vert pour la victime. La Peugeot blanche de madame s’approche, elle passe et le choc est terrible. Littéralement happée par ce véhicule qui arrive à une vitesse extrêmement soutenue », décrit le procureur de la République.

« La violence du choc enfonce la portière qui arrive quasiment au levier de vitesse, anéantissant complètement la place conducteur et donc ne laissant aucune chance à la victime », ajoute-t-il. Les policiers n’ont pu que constater le décès de l’infirmière à leur arrivée. Cette dernière se déplaçait dans le cadre de son travail.

Le chauffard et son passager grièvement blessés

Les examens toxicologiques ont montré que le conducteur de la Polo âgé de 24 ans avait 1,35 gramme d’alcool par litre de sang. Le compteur de sa voiture est resté bloqué à 140 km/h, alors que la vitesse sur le boulevard Léon-Blum où la collision s’est produite, est limitée à 50 km/h.

Le jeune homme et son passager ont été gravement blessés lors de l’accident. Le chauffard a quitté l’hôpital samedi 25 septembre mais son état de santé a été jugé incompatible avec une mesure de garde à vue, pour l’heure. Il n’a donc pas encore été interrogé par les policiers. Son passager de 25 ans est quant à lui toujours hospitalisé.