Champigny-sur-Marne : Les policiers tombent dans un guet-apens et essuient des tirs de mortiers d’artifice

Illustration Actu17 ©

C’est un véritable guet-apens qui a été tendu aux policiers dans la nuit de samedi à dimanche à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne). Ces derniers ont été visés par plusieurs dizaines de tirs de mortiers d’artifice. Des renforts ont permis l’interpellation de cinq suspects qui ont été placés en garde à vue.

Un équipage de trois policiers en patrouille est passé par l’avenue de Coeuilly à Champigny, vers 23h15 samedi, et a constaté qu’un bus de la RATP était bloqué. Des conteneurs poubelles se trouvaient au milieu de la chaussée et empêchaient le passage des véhicules. « Les policiers ont d’abord pensé que c’est à cause du vent que ces poubelles se sont retrouvées à cet endroit », indique une source proche de l’enquête. Les forces de l’ordre se sont approchées pour libérer la route et ont rapidement compris qu’il s’agissait d’un acte volontaire.

A leur approche du bus, les policiers ont essuyé de nombreux tirs de mortiers d’artifice sur leur voiture précise cette même source, confirmant une information du Parisien. Une vingtaine d’assaillants attendaient patiemment leur arrivée. Du renfort est alors immédiatement demandé. Les fonctionnaires descendent de leur voiture pour protéger le bus et les usagers qui sont à l’intérieur, mais aussi éviter des dégradations ou une agression. Pour faire reculer les agresseurs, ils font usage de leur lanceur de balle de défense (LBD) et de grenades lacrymogènes. « Les auteurs se trouvaient à trois endroits différents autour de l’avenue et avaient préparé un stock de mortiers, la notion de guet-apens ne fait pas de doute », affirme une source policière.

Interpellés par les policiers de la BAC

Les policiers finissent par s’écarter pour éviter d’être blessés, en attendant l’arrivée de leurs collègues. Les mortiers d’artifice continuent à pleuvoir et des conteneurs poubelles sont incendiés. Plusieurs équipages, notamment de la brigade anticriminalité (BAC) arrivent et interpellent rapidement cinq suspects. Ces derniers sont immédiatement reconnus par les trois agents attaqués. Ils ont été placés en garde à vue.

Le calme est revenu sur place peu après. Il n’y a pas de blessé à déplorer du côté des forces de l’ordre, ni dans le bus. Les trois policiers agressés ont déposé plainte et une enquête a été ouverte.

« Le professionnalisme des différents équipages engagés a permis de procéder à plusieurs interpellations sans qu il n’y ait de blessés, mais jusqu’à quand ? », peste le syndicat Alliance Police Nationale du Val-de-Marne, qui rappelle que des policiers ont également été la cible de « tirs tendus » de mortiers d’artifice à Villiers-sur-Marne, 48 heures plus tôt. L’organisation syndicale réclame « des renforts (…) afin que les fonctionnaires puissent travailler dans des conditions de sécurité maximales tout en maintenant l’ordre public ».