Corée du Nord : Kim Jong-un oblige les habitants à abandonner leurs chiens pour qu’ils soient mangés


Kim Jong-un, le 12 avril 2020. (© Yonhap News Agency/MAXPPP)

Le dirigeant nord-coréen considère que posséder un chien est le symbole d’une « tendance corrompue de l’idéologie bourgeoise » et une forme de « décadence » occidentale.

La Corée du Nord interdit à ses habitants de détenir un chien comme animal de compagnie, depuis le mois de juillet, rapporte le New York Post. Les nord-coréens se sont vu signifier l’obligation d’abandonner leurs compagnons à quatre pattes. Ces derniers sont voués à finir dans les cuisines des restaurants ou dans des zoo.

Kim Jong-un, le leader suprême de la Corée du Nord, a déclaré que posséder un chien était un signe de « décadence » occidentale et une « tendance corrompue de l’idéologie bourgeoise ». « Les autorités ont identifié des foyers avec des chiens et les contraignent à les abandonner ou les confisquent de force pour les abattre », a confié une source au quotidien sud-coréen Chosun Ilbo citée par le Daily Mail.

Des pénuries de nourriture

Jusqu’à 60% de la population souffre de pénuries alimentaires, selon un rapport de l’ONU. Les propriétaires de chiens ont peur que leurs compagnons soient confisqués et tués pour pallier cette situation, expliquent ces deux médias.

De son côté, le quotidien Chobun Ilbo évoque « le fait que les gens ordinaires élèvent des porcs et du bétail sur leurs porches » tandis que « les hauts fonctionnaires et les riches ont des chiens de compagnie, ce qui a attisé un certain ressentiment parmi les classes inférieures ».


Pendant longtemps, la viande de chien a été considérée comme un mets délicat en Corée du Nord. Bien qu’environ un million de canidés soient élevés dans des fermes pour être consommés chaque année en Corée du Sud, cette tradition disparaît petit à petit sur ce territoire.