Covid-19 : Macron promet un vaccin pour «tous les Français qui le souhaitent» d’ici la «fin de l’été»


Emmanuel Macron. (photo Frederic Legrand - COMEO/shutterstock)

Le président de la République Emmanuel Macron a évoqué la campagne de vaccination au micro de LCI/TF1 ce mardi soir. Il a notamment indiqué que d’ici « début mars », 80% des pensionnaires des Ehpad qui le souhaitent auront été vaccinés.


Le chef de l’État a affirmé ce mardi soir que « compte tenu des contrats, cela signifie pour la France que pour tous les adultes qui le souhaiteront, nous serons en mesure de leur proposer un vaccin avant la fin de l’été ». « Nous avons sécurisé au niveau européen 2,3 milliards » de doses de vaccin a-t-il ajouté.

Par ailleurs, 80% des pensionnaires en Ehpad qui le souhaitent auront été vaccinés, ce qui représente 500 000 personnes.

« Notre stratégie de vaccination ne permettra pas de gérer la situation de l’épidémie » à court terme, a prévenu le président de la République. « Aujourd’hui, nous sommes sur un plateau. Nous avons pris des décisions plus tôt que d’autres, et nos concitoyens ont fait beaucoup d’efforts. Chaque jour, nous vérifions les chiffres. Une part de la réponse est dans nos mains. J’essaierai de prendre les décisions les plus adaptées », a ajouté Emmanuel Macron alors qu’un reconfinement était évoqué la semaine dernière.

Le président de la République a également été interrogé au sujet du vaccin russe Sputnik V. « Pour qu’un vaccin soit autorisé, il doit déposer une autorisation de mise sur le marché », a-t-il rappelé. « Des publications semblent montrer une grande efficacité. Dans les meilleurs délais, les autorités européennes regarderont scientifiquement ce vaccin et en fonction de ce résultat, l’homologueront. Ce n’est pas une décision politique.« 

En outre, Emmanuel Macron a confirmé que le vaccin AstraZeneca, désormais autorisé en France, ne sera pas utilisé chez les plus de 65 ans, comme l’a recommandé la Haute autorité de santé. « Ces vaccins seront d’abord utilisés pour les personnels soignants de moins de 60 ans. Et ensuite, il sera proposé par tranche d’âge ».