Creil : Les policiers violemment pris pour cible après avoir interrompu un barbecue géant


Des violences urbaines ont éclaté à Creil dans la nuit de mardi à mercredi. (captures écran/DR)

Le barbecue sauvage s’est terminé en violences urbaines ce mardi soir à Creil (Oise). Les policiers ont été violemment pris pour cible par de très nombreux tirs de mortiers d’artifice. Un homme a été interpellé et une policière a été légèrement blessée.

La soirée a été longue pour les forces de l’ordre. Tout a commencé vers 18h30 lorsque les policiers ont été avertis qu’un barbecue sauvage était en cours au pied de la tour Descartes, rue Blaise-Pascal, dans le quartier des Hauts de Creil. Une vingtaine d’individus étaient présents autour de ce repas géant et faisaient beaucoup de bruit.

Ces derniers n’ont pas apprécié de voir débarquer la police et ont rapidement fait part de leur hostilité. La tension est alors montée d’un cran : les fonctionnaires ont été pris pour cible et ont répliqué par des moyens lacrymogènes. Les auteurs ont alors menacé les policiers de « mettre le feu » au quartier indique une source policière. Ce qui fut bien le cas quelques heures plus tard.

Dans le même temps, un homme qui faisait du rodéo à motocross, sans casque, a été interpellé et placé en garde à vue.

Des tirs de mortiers et des renforts de police

A 22h40, des conteneurs poubelles en feu ont été signalés à proximité de l’endroit où se tenait le barbecue géant. Ils avaient été volontairement disposés au milieu de la chaussée. Craignant d’être pris dans un guet-apens, les policiers ont fait appel à du renfort et un dispositif d’intervention a été mis en place. Deux équipages de la brigade anticriminalité (BAC) venus de Compiègne et Beauvais sont arrivés sur place.

Et c’est bien une embuscade qui attendait les forces de l’ordre puisque dès leur arrivée dans le quartier des Hauts de Creil, elles ont été la cible de multiples tirs de mortiers d’artifice. Une quarantaine selon cette même source. Les agresseurs se déplaçaient par petits groupes pour rendre l’intervention des policiers plus difficiles. L’une des fonctionnaires a été légèrement brûlée à un bras au cours des violences. Une blessure superficielle qui n’a pas nécessité son transport à l’hôpital.

Des violences urbaines se sont déroulées durant près de deux heures, face à des individus encagoulés voulant en découdre avec la police. De nombreux moyens lacrymogènes – une quarantaine de grenades – ont été utilisés par les policiers, qui ont également fait usage de leur lanceur de balle de défense (LBD) une dizaine de fois. Plusieurs vidéos amateurs ont été diffusées sur les réseaux sociaux et montrent une partie des violences.

Les feux de poubelles ont pu être éteints par les sapeurs-pompiers vers 00h20, sous protection policière. Le calme est ensuite revenu mais un dispositif a été laissé sur place pour la nuit.

« La situation sanitaire de l’Oise est trop grave »

La préfète de l’Oise a réagi sur Twitter ce mercredi matin et « condamne fermement les rassemblements et barbecues sauvages hier soir à Creil » mais également à « Nogent-sur-Oise et Clermont », qui n’ont pas donné lieu à des violences urbaines, ainsi que « la lâche prise à partie de nos forces de l’ordre par des tirs de mortiers. Nos policiers et gendarmes ont réussi à disperser ces rassemblements avec sang-froid. »

« A 19h, chacun chez soi. La situation sanitaire de l’Oise est trop grave, notre responsabilité collective est de prévenir de tels agissements qui ne peuvent que l’aggraver », ajoute la préfète.