Deux agents de la DGSE mis en examen et écroués pour un projet de meurtre


Illustration. (photo ministère de la Défense)

Deux militaires des renseignements extérieurs ont été mis en examen et placés en détention provisoire pour des faits de « tentative d’homicide volontaire ».

L’affaire est sensible mais également énigmatique. Une enquête de la brigade criminelle de Paris a mené à l’interpellation de deux hommes dans la nuit du 23 au 24 juillet dernier rapporte Le Parisien. Ces derniers circulaient à bord d’un véhicule volé à Créteil (Val-de-Marne) et étaient munis de plusieurs armes à feu. Les policiers les soupçonnent d’avoir préparé un meurtre.

Lors de leur garde à vue, les deux suspects de 25 et 28 ans ont déclaré qu’ils travaillaient tous les deux au « service action » de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE). Un service prestigieux rattaché au ministère de la Défense qui conduit des opérations clandestines à l’étranger, notamment dans la lutte contre le terrorisme, et qui est également au centre de la série « Le Bureau des Légendes ».

Selon le quotidien, les deux suspects sont plus précisément rattachés au centre parachutiste d’entraînement spécialisé de Saran dans le Loiret. Un service appartenant à cette même direction.

Une « tentative de règlement de comptes privée et ratée »

Les deux hommes sont soupçonnés d’avoir voulu éliminer une cible en dehors du cadre de leurs fonctions. Une source proche de l’enquête interrogée par nos confrères évoque une « tentative de règlement de comptes privée et ratée, sur une victime privée ».


Les suspects ont été mis en examen pour « tentative d’homicide volontaire en bande organisée », « recel en bande organisée de vol, transport, acquisition, détention d’armes de catégorie B en réunion » et « association de malfaiteurs en vue de la commission de ces crimes et délits punis de 10 ans d’emprisonnement » a précisé le parquet au quotidien.

En outre, un troisième homme a été interpellé le 26 juillet avant d’être lui aussi mis en examen, pour les mêmes chefs. Les trois hommes ont été écroués. La suite des investigations a été confiée à la section antiterroriste (SAT) de la brigade criminelle.