Gilet jaune blessé par un tir de LBD à Bordeaux : un policier mis en examen


Un policier à Paris le 16 mars 2019. (Illustration/Frederic Legrand - COMEO/Shutterstock)

Près d’un an après la grave blessure d’Olivier Béziade, un Gilet jaune originaire de Bazas, touché par un tir de lanceur de balle de défense (LBD), un policier a été mis en examen.


Un gardien de la paix soupçonné d’être à l’origine du tir de LBD qui a touché et grièvement blessé Olivier Béziade a été mis en examen pour violences volontaires ayant entraîné une incapacité totale de travail de plus de 3 mois selon des sources judiciaires.

Le fonctionnaire affecté dans une brigade anticriminalité (BAC) a été convoqué devant un juge d’instruction en charge du dossier ce lundi indique Sud-Ouest. Le policier n’a pas été suspendu de ses fonctions ni placé sous contrôle judiciaire.

Quatre jours dans un coma artificiel

Les faits s’étaient produits le 12 janvier 2019 alors qu’Olivier Béziade participait à la manifestation des Gilets jaunes pour l’acte IX. Âgé de 47 ans, il avait été touché par un tir de LBD au niveau du crâne et grièvement blessé puis placé durant 4 jours dans un coma artificiel. L’homme avait été plus tard entendu par l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) qui avait été saisie par le préfet.

Une enquête pénale avait ensuite été ouverte suite à la diffusion sur les réseaux sociaux, d’une vidéo. Le journal Le Monde avait réalisé en octobre dernier, une vidéo avec des dizaines de témoignages et des vidéos prises sous plusieurs angles, au sujet de cette enquête.


Sur ce document, le quotidien montre qu’Olivier Béziade était le dernier à se replier en haut de la rue Ste Catherine, après sommations. Il reçoit le tir de LBD alors qu’il est dos aux policiers. En outre, les fonctionnaires n’auraient pas appelé les secours avant de quitter les lieux.