Gilets jaunes à Toulouse : 2 enquêtes ouvertes pour des violences policières présumées.


(Capture écran vidéo Twitter)

Le parquet de Toulouse a annoncé l’ouverture de deux enquêtes pour des violences policières présumées lors de la manifestation des Gilets jaunes ce samedi 2 mars.

Les faits ont été filmés par des témoins à Toulouse et les deux vidéos ont été diffusées et largement partagées sur les réseaux sociaux.

Sur la première vidéo qui est extraite d’une diffusion en direct sur Facebook, il s’agit d’une scène qui se déroule à la fin de la manifestation. Des CRS effectuent un périmètre lorsqu’un couple arrive dans leur dos. Ces derniers ne portent pas de gilet jaune. Un court échange a lieu entre la femme et l’un des policiers. Puis l’un des CRS pousse cette femme qui perd l’équilibre jusqu’à tomber au sol, tout comme l’homme qui l’accompagne.

La préfecture de Haute-Garonne a expliqué ce dimanche que le couple était « venu s’interposer au milieu des forces de l’ordre. Invitées à circuler, les personnes ont alors proféré des insultes à l’encontre des policiers et l’une a tenté de dérober une grenade ».

Les deux personnes « avait une attitude vindicative », ils ont « invectivé les CRS » et les ont « pris à partie physiquement ». « Les CRS ont alors réagi en utilisant la matraque et le couple est tombé au sol » a précisé la préfecture.


Un homme en chaise-roulante reçoit du gaz lacrymogène

Sur la seconde vidéo, filmé par un témoin se trouvant dans un appartement situé à plusieurs étages de haut, on aperçoit un homme en chaise roulante s’approcher une première fois d’un policier, puis une seconde fois plus rapidement, jusqu’à se placer à sa proximité direct. Le fonctionnaire réagit et utiliser du gaz lacrymogène au niveau du visage de cet homme.

Ce dernier qui se nomme Pascal Bouré. Âgé de 55 ans, il a expliqué à plusieurs journalistes qu’il souffrait de problèmes respiratoires depuis 2014 à la suite d’un AVC, et qu’il était hémiplégique.

Présent à plusieurs autres manifestations des Gilets jaunes selon son récit, Pascal Bouré a raconté au journal Le Parisien qu’il avait voulu quitter les lieux « pour éviter d’être gazé en fin de manifestation ».

« Là, je suis tombé sur un cordon de policiers qui a refusé de me laisser passe (…) On m’a arraché mon masque de ski et on ne voulait pas me le rendre. Alors j’ai suivi le policier. Je voulais juste qu’il me le rende » a-t-il déclaré au journal francilien.

« C’est vrai que j’étais derrière lui, que j’ai insisté, mais je voulais juste récupérer mon masque et rentrer chez moi » a ajouté M. Bouré.

Le parquet a affirmé « comprendre le caractère possiblement choquant » de ces deux incidents, tout en insistant sur leur nécessaire mise en contexte. Deux enquêtes ont été ouvertes pour faire la lumière sur ces deux affaires.