Hadama Traoré, qui avait appelé à manifester en soutien à Mickaël Harpon, a été placé en garde à vue


Hadama Traoré. (photo Facebook)

Il avait appelé à une manifestation devant son domicile à Gonesse (Val-d’Oise) ce jeudi, en soutien à Mickaël Harpon, le tueur de la préfecture de police de Paris. Hadama Traoré a été placé en garde à vue ce mercredi.

Le militant associatif d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) et fondateur du mouvement La Révolution avait appelé à un rassemblement à Gonesse ce jeudi, sur les réseaux sociaux, en hommage à l’assaillant de la préfecture de police, créant l’indignation et de vives réactions.

Hadama Traoré, « candidat des banlieues » aux dernières élections européennes a expliqué sur Facebook que Mickaël Harpon n’était pas un terroriste. « Toutes les communautés persécutées, on va faire la guerre ensemble, aux politiques et aux médias. Et on commence ce jeudi (…) La personne qui ose dire que Mickaël Harpon était un terroriste animé par des revendications religieuses, je lui traite sa mère et je lui crache à la gueule ».

Accusé de « menace, acte d’intimidation sur une personne exerçant une fonction publique ou d’utilité collective, menace de crime contre les personnes et outrage », selon le parquet de Bobigny cité par Le Parisien, Hadama Traoré a été placé en garde à vue ce mercredi. En outre, une perquisition a eu lieu à son domicile.

Christophe Castaner avait saisi le procureur de la République

Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner avait réagi sur Twitter ce mercredi matin, annonçant que la manifestation serait interdite. « J’ai demandé à ce que les propos odieux tenus par son organisateur soient dénoncés au procureur de la République, sur le fondement de l’article 40 du code de procédure pénale », avait également écrit le ministre.