Haute-Garonne : Un homme mis en examen pour 4 viols et une agression sexuelle dans un institut pour handicapés


Illustration. (JPstock / Shutterstock)

Cinq résidents d’un institut spécialisé dans l’accueil de personnes sous tutelle et curatelle, situé près de Muret (Haute-Garonne), ont déposé plainte.


Au moins quatre viols et une agression sexuelle ont été commis entre le mois de décembre 2019 et la fin du mois de mars, dans un centre hébergeant des adultes handicapés, près de Muret.

Cinq résidents, âgés de 21 à 41 ans, ont déposé plainte auprès de la gendarmerie. Un homme de 32 ans, hébergé dans le centre, a été mis en examen pour « viols et agressions sexuelles sur personnes vulnérables », rapporte La Dépêche.

L’homme souffre de schizophrénie et aurait diminué son traitement depuis plusieurs mois. D’après des témoignages recueillis par les gendarmes, il aurait profité de son ascendant psychologique sur des résidents pour commettre ses agressions.

Les plaintes se suivent

Le premier signalement recensé par les gendarmes a été suivi d’une plainte. Le 17 décembre, un pensionnaire de cet institut spécialisé, âgé de 36 ans, a affirmé avoir été victime d’attouchements sexuels et de viol.


Dans ses déclarations, l’homme fragile psychologiquement, a raconté comment son agresseur l’avait invité à le rejoindre dans sa chambre, avant de le contraindre à le masturber. Il l’aurait ensuite violé.

À peine quelques heures après cette première plainte, l’ex-compagne du suspect s’est aussi présentée devant les gendarmes de la communauté de brigades (COB) de Carbonne. Elle a également dénoncé des faits criminels.

La plaignante a expliqué qu’elle s’était rendue dans la chambre du trentenaire et qu’au moment de partir, il l’avait contrainte à avoir des rapports sexuels avec lui.

Il nie en bloc les faits qui lui sont reprochés

Interrogé, le mis en cause a nié farouchement avoir agi de la sorte avec l’un ou l’autre des plaignants, criant au complot. Près de deux mois plus tard, pourtant, un garçon s’est présenté à son tour devant les gendarmes pour déposer plainte, affirmant avoir subi une agression sexuelle.

Durant le mois de mars enfin, un homme et une femme ont dénoncé avoir été victimes de viol pendant qu’ils dormaient. Dans leur plainte, ils ont accusé le même homme.

Placé sous contrôle judiciaire

Ce lundi au terme d’investigations, les enquêteurs se sont rendus sur place. Le trentenaire, qui réside dans cet institut de 600 pensionnaires depuis près de 7 ans, a été interpellé et placé en garde à vue.

Contactés par le quotidien régional, ses avocats Me Audrey Libert et Brice Zanin, n’ont pas souhaité communiquer pour préserver le secret de l’instruction.

À l’issue de sa garde à vue mardi, le suspect a été déféré au parquet de Toulouse, avant d’être mis en examen dans le cadre d’une information judiciaire. Il fait désormais l’objet d’un contrôle judiciaire. Le trentenaire devra résider dans un autre département jusqu’au terme de l’instruction.