Jeune femme poignardée à mort en Moselle : le tueur présumé, son conjoint, a été interpellé


Illustration. (photo Guillaume Bonnefont/IP3 Press/Maxppp)

L’homme de 23 ans accusé d’avoir tué sa compagne à coups de couteau dans la nuit de dimanche à lundi à Hayange (Moselle) a été interpellé par la police judiciaire. Il était activement recherché.

Une jeune femme de 22 ans a été poignardée à mort en pleine rue à Hayange la nuit dernière vers 00h30. Le tueur présumé, son conjoint de 23 ans, a été interpellé ce lundi après-midi avant d’être placé en garde à vue. La personne qui l’hébergeait a quant à elle été placée en garde à vue pour recel de malfaiteurs.

La victime, Stéphanie D., était mère d’une petite fille de 4 ans. Les secours ne sont pas parvenus à la sauver malgré leur intervention rapide. Elle a reçu plusieurs coups de couteau. Sa fillette aurait été témoin du meurtre, par la fenêtre. La victime a été tuée à proximité du commissariat qui est fermé la nuit. « Il y a quelques années mon équipe et moi même avions tout fait pour que l’hôtel de police reste à Hayange et ouvre la nuit », réagit le maire RN de la ville, Engelmann Fabien. « Malheureusement la préfecture nous avait indiqué qu’il fermerait à 18 heures ».

Condamné à un an de prison ferme en novembre

L’auteur présumé des faits, Liridon B. âgé de 23 ans, est bien connu de la police mais aussi de la justice. Il avait été condamné dans le cadre d’une comparution immédiate le 26 novembre dernier à un an de prison ferme avec mandat de dépôt, pour de multiples délits routiers, notamment conduite sans permis et sous l’empire de l’alcool précise BFMTV. Il avait récemment été remis en liberté sous bracelet électronique.

Selon nos informations, le mis en cause était très défavorablement connu des services de police pour une vingtaine de faits au moins, notamment pour violences, port d’arme, quatre refus d’obtempérer, destruction de bien public ou encore mise en danger délibéré de la vie d’autrui. Cet homme est un ressortissant kosovare qui bénéficie du statut de réfugié politique.

Engelmann Fabien a organisé un rassemblement à 18 heures ce mercredi, devant la mairie, en accord avec la famille de la défunte.