La France rappelle son ambassadeur en Italie après une série de «déclarations outrancières» et d’«attaques sans fondement».


(photos shutterstock)

Le quai d’Orsay a annoncé ce jeudi dans un communiqué qu’il avait rappelé son ambassadeur en Italie pour des « consultations ».


« Les dernières ingérences constituent une provocation supplémentaire et inacceptable », « La France a fait, depuis plusieurs mois, l’objet d’accusations répétées, d’attaques sans fondement, de déclarations outrancières que chacun connaît et peut avoir à l’esprit. Cela n’a pas de précédent, depuis la fin de la guerre », peut-on lire dans le communiqué du ministère des affaires étrangères.

La décision française fait suite à plusieurs déclarations et faits, du vice-Premier ministre italien, le chef de file du Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème) Luigi Di Maio et de Matteo Salvini, le ministre de l’Intérieur et homme fort du gouvernement italien.

Luigi Di Maio a rencontré des Gilets jaunes ce mardi

Mardi, Luigi Di Maio a rencontré à Montargis (Loiret) des Gilets jaunes et l’a annoncé sur les réseaux sociaux, photo à l’appui, en écrivant : « Le vent du changement a franchi les Alpes. Je répète: le vent du changement a franchi les Alpes ». Une démarche qui a visiblement fait déborder le vase de Paris.

Luigi Di Maio avait également lancé une polémique accusant la France d’appauvrir l’Afrique et d’être à l’origine du drame des migrants en Méditerranée, en faisant notamment référence au Franc CFA (monnaie de plusieurs pays africains qui les associe à l’euro, ndlr), évoquant une « taxe coloniale ».

Matteo Salvini a également estimé ce mardi que les intérêts énergétiques de Paris sont en conflit ouvert avec ceux de son pays. Ce dernier avait également déclaré il y a quelques semaines qu’Emmanuel Macron était « un très mauvais président ».