Loi sécurité globale : 26 417 manifestants en France et plus de 140 interpellations à Paris


Près de 5000 personnes ont manifesté à Paris ce samedi selon le ministère de l'Intérieur. (image Clément Lanot)

Nouveau samedi de manifestations en France contre la loi « sécurité globale ». La situation s’est tendue à de multiples reprises à Paris, où 142 personnes ont été interpellées.

Quelques milliers de personnes ont défilé à Paris ce samedi. Environ 5000 selon le ministère de l’Intérieur, comme la semaine dernière. 26 417 manifestants ont été recensés au total, en France. Les deux derniers samedis avaient été le théâtre de scènes de violences et de dégradations dans la capitale, commises par des casseurs et des black blocs, ce qui n’a pas été le cas aujourd’hui. De nombreux membres des forces de l’ordre avaient également été blessés.

Une stratégie différente a été adoptée ce samedi à Paris. Les policiers et les gendarmes ont réalisé de nombreuses interpellations avant le départ du cortège de la place du Châtelet, à 15 heures. 24 personnes avaient déjà été arrêtées à 14h15 a annoncé le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin sur Twitter, qui a donné les bilans des interpellations au fur et à mesure durant l’après-midi. Une communication généralement faite par la préfecture de police de Paris.

Au cours de la manifestation qui s’est dirigée vers la place de la République, les forces de l’ordre ont effectué de multiples charges et ont continué à interpeller des suspects de manière systématique, sans faire usage de moyens lacrymogènes.

Un important dispositif avait été mis en place, comprenant notamment des CRS, des gendarmes mobiles mais également des effectifs de la préfecture de police : compagnies d’intervention (CI), Brigades de répression de l’action violente motorisée (BRAVM), et compagnies de sécurisation et d’intervention (CSI). Près de 3000 policiers et gendarmes ont participé à ce maintien de l’ordre.

« Plusieurs centaines de casseurs étaient venus pour commettre des violences »

« Les forces de l’ordre sont en train d’intervenir au milieu du cortège et ont interpellé des individus pour empêcher la constitution d’un groupe de black-blocs violents », a détaillé la préfecture de police sur Twitter à 15h25, annonçant dans le même temps un nouveau bilan de 50 interpellations. Peu avant 16 heures, Gérald Darmanin a annoncé que 81 personnes avaient été interpellées. « Merci aux policiers et gendarmes qui font parfois face à des individus ultra-violents », a-t-il ajouté. A 18 heures, le bilan était de 119 interpellations, puis 142 à 19 heures.

« Force est restée à la loi. Plusieurs centaines de casseurs étaient venus pour commettre des violences », a réagi le ministre de l’Intérieur. « La stratégie de fermeté anti-casseurs – 142 interpellations et encadrement du cortège – a permis de les en empêcher, de protéger les commerçants », s’est-il félicité.

164 interpellations en France

A l’inverse des deux samedis précédents, il n’y a pas eu de dégradations de commerces ou de véhicules brûlés. Un deux-roues a tout de même été incendié sur le trajet. Au moment de la dispersion sur la place de la République, un canon à eau a été brièvement utilisé pendant que les forces de l’ordre continuaient à réaliser des charges. Le calme est revenu avant 19 heures.

La manifestation à Paris contre la loi « sécurité globale » avait pourtant été annulée par le collectif de syndicats et d’associations à l’initiative de la protestation, qui avaient estimé que les conditions de sécurité n’étaient pas réunies. Ces derniers avaient appelé à défiler dans les régions ce samedi. Des manifestations se sont déroulées à Lyon, Lille et Strasbourg notamment.

Au total à 20 heures, il y a eu 164 interpellations en France dont 142 à Paris. Au moins 42 interpellés ont été placés en garde à vue dans la capitale.