Loire-Atlantique : Un policier de Saint-Nazaire déféré et poursuivi pour des violences aggravées en intervention


Illustration. (©PHOTOPQR/LE PARISIEN/Maxppp)

Un fonctionnaire de police est soupçonné d’avoir commis des violences volontaires sur un jeune homme qui circulait en sens interdit, dans une rue de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), dans la soirée du 29 août dernier.

Le principal mis en cause et deux de ses collègues, qui travaillaient avec lui ce jour-là, ont été placés en garde à vue, ce mercredi, par l’Inspection générale de la police nationale (IGPN). La procureure de la République de Saint-Nazaire, Sylvie Canovas-Lagarde, évoque des faits « très rares ».

Au terme de cette mesure, seul le policier soupçonné des violences volontaires a été déféré au parquet, les deux autres ont été mis hors de cause et laissés libres.

Un coup de poing au visage

Le soir des faits, un jeune homme avait été intercepté par la patrouille alors qu’il circulait à scooter en sens interdit. Le policier de 43 ans avait dégainé son pistolet à impulsion électrique sans en faire usage, a indiqué le parquet.

Le fonctionnaire avait toutefois porté un coup de poing au visage du jeune homme. Après examen, ce dernier s’était vu délivrer trois jours d’Incapacité totale de travail (ITT). Une plainte avait été transmise au parquet en septembre, qui avait saisi l’IGPN.


La scène filmée par la vidéoprotection

L’intervention avait été immortalisée par l’enregistrement d’une caméra de la ville, mettant en lumière que le policier avait rédigé un faux procès-verbal, relate Ouest-France. Une faute qu’il a lui-même reconnue, indique la magistrate.

Le mis en cause « n’avait jamais attiré l’attention du parquet ». Il doit comparaître devant le tribunal correctionnel de Saint-Nazaire pour « faux en écriture publique » et « violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique » au mois de juin prochain.