Loiret : 2 sapeurs-pompiers mis en examen pour des agressions sexuelles sur des mineurs


Illustration. (Wikimedia)

Les suspects sont poursuivis pour des agressions sexuelles commises sur des adolescents de la section des jeunes sapeurs-pompiers de Corbeilles-Bellegarde (Loiret).

L’affaire est d’ampleur. Elle concerne pour le moment une quinzaine de victimes recensées par les enquêteurs. Les premiers faits remontent à une quinzaine d’années et se seraient poursuivis jusqu’à récemment.

Les investigations ont débuté à la suite d’un signalement fait par le capitaine Michel Gougou, président de l’Union des sapeurs-pompiers du Loiret, en août 2019. Informée de faits répréhensibles pénalement, la justice ouvert une information judiciaire contre un jeune pompier volontaire.

Des adolescents de 12 à 16 ans

Le mis en cause, âgé d’une vingtaine d’années, est soupçonné d’agressions sexuelles sur des mineurs. Il exerçait en tant qu’encadrant des jeunes sapeurs-pompiers (JSP) de la section Corbeilles-Bellegarde, des adolescents de 12 à 16 ans, garçons et filles.

Au fil de leurs investigations, les gendarmes de Montargis ont découvert que le suspect aurait été lui-même victime d’un autre sapeur-pompier volontaire, relate La République du Centre. Ce dernier était le président de la section des jeunes sapeurs-pompiers de Corbeilles-Bellegarde depuis 2017.


Deux affaires instruites en parallèle

Une juge d’instruction est en charge de ces deux dossiers distincts. Auditionnées dans le cadre de la première affaire, « les victimes ont parlé du premier agresseur présumé », a précisé le procureur de la République de Montargis.

Le président de la section des jeunes sapeurs-pompiers, un homme âgé d’une cinquantaine d’années, a été interpellé et placé en garde à vue peu après le signalement, en août 2019. Mis en examen depuis, il se trouve toujours en détention provisoire.

Un « prédateur » sexuel

L’enquête de la gendarmerie a démontré que le quinquagénaire agissait depuis 2005, a indiqué le magistrat, le qualifiant de « prédateur ». L’homme profitait de sorties et d’activités organisées dans le cadre de la section des jeunes sapeurs-pompiers pour inviter des adolescents à dormir chez lui la veille, rapporte le quotidien régional.

Lors de leurs auditions, certaines victimes ont confié qu’il leur faisait boire de l’alcool et fumer, avant de les inviter à dormir dans son lit.

Une emprise psychologique

Le président de la section des jeunes sapeurs-pompiers étant « quelqu’un de très charismatique, très apprécié par les jeunes et par leur famille », explique le procureur, les adolescents n’auraient pas osé le dénoncer.

C’est à la suite d’un déménagement qu’une victime a fini par parler, ainsi dégagée de l’emprise du quinquagénaire. Le magistrat a tenu à saluer le « travail de fourmi [qui] a été fait par la brigade de recherche de Montargis pour contacter chaque jeune ayant fréquenté la section des jeunes sapeurs-pompiers, dans la plus grande discrétion ».

D’autres victimes pourraient se manifester

Le jeune homme qui encadrait les jeunes sapeurs-pompiers, victime puis à son tour agresseur sexuel, a été mis en examen en janvier dernier pour « agressions sexuelles sur mineurs » et pour « propositions et diffusion de messages à caractère pornographique à des mineurs ».

L’enquête a en effet démontré qu’il avait envoyé des MMS pornographiques à certains adolescents. Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire.