Lorraine : Déjà condamné pour agression sexuelle sur mineur, il force une fillette à regarder des films X


Illustration. (Shutterstock)

Déjà bien connu de la justice, un homme de 37 ans a été condamné à une peine de prison par le tribunal correctionnel de Nancy (Meurthe-et-Moselle) pour avoir forcé une fillette de 10 ans à regarder des films pornographiques et ce, à plusieurs reprises.

La mère de la petite Sarah, 10 ans, avait déjà eu des soupçons en janvier dernier lorsqu’elle a découvert qu’une vidéo porno avait été visionnée sur son téléphone portable. Sa fillette a reconnu avoir vu ces images. Mais Déborah a estimé qu’il s’agissait d’une erreur de navigation.

Quelques jours plus tard, une situation similaire s’est produite raconte L’Est Républicain. La mère de famille a en effet constaté que ce même site porno avait été visité à partir du téléphone de sa jeune fille. Un téléphone qui avait été offerte à Sarah, de la part de Nicolas, un homme que Déborah connait depuis quelques mois.

La petite fille a fini par avouer à sa mère que Nicolas l’avait forcé à visionner une dizaine de fois des images pornographiques, notamment dans sa voiture en bas de l’immeuble où elle habite. Elle a également raconté que l’homme l’attirait en lui proposant un chewing-gum, lui promettant ensuite de ne rien dire. Dans le téléphone de l’enfant, les enquêteurs ont découvert des SMS du mis en cause, où il avouait notamment à la jeune fille être amoureux d’elle.

Condamné pour agression sexuelle sur mineur et mis en examen pour corruption de mineur

Jugé ce vendredi par le tribunal correctionnel de Nancy, Nicolas Moubarak n’a reconnu qu’une partie des faits, évoquant seulement deux visionnages. Pour sa défense, le prévenu a expliqué que son suivi psychiatrique n’était pas suffisant.


En outre, l’homme avait déjà été condamné en 2016 à 9 mois de prison ferme avec mandat de dépôt pour une agression sexuelle sur mineur. De plus, il est actuellement mis en examen et placé sous contrôle judiciaire dans une affaire de corruption de mineur.

12 mois de prison ferme

Lors de ce nouveau jugement, le parquet a requis une peine de 18 mois de prison avec mandat de dépôt et un suivi socio-judiciaire. Le tribunal correctionnel de Nancy a condamné Nicolas a 12 mois de prison ferme, sans mandat de dépôt, assorti d’un suivi socio-judiciaire de 3 ans.