Lyon : La victime prend en filature son pickpocket et finit par l’interpeller


Illustration. (Adobe Stock / Andrey Popov)

Elle n’a pas eu froid au yeux. Victime du vol de son téléphone portable, une mère de famille l’a suivi à distance avant de l’interpeller alors qu’il venait de s’en prendre à une autre personne.

En descendant les escaliers de la station de métro Foch, à Lyon (Rhône) ce mercredi, une femme a été frôlée par un inconnu. Quelques instants plus tard, elle s’est rendu compte que son téléphone portable avait disparu de la poche de son manteau.

Un témoin lui a alors désigné un jeune homme vêtu d’un blouson jaune comme étant l’auteur du vol, relate Le Progrès.

Elle prend son voleur en filature

Ni une ni deux, la mère de famille s’est alors mis dans l’idée de suivre le suspect discrètement. C’est ce qu’elle a fait, et elle s’est aperçue qu’il était accompagné d’un complice. Tous deux repéraient leurs proies potentielles et en particulier des femmes. Elle a ainsi suivi les suspects dans le métro, puis dans la rue, et enfin dans une boutique.

Lorsqu’ils sont entrés dans le commerce Maxi Bazar, situé la rue de la République, le jeune homme en blouson jaune s’en est pris à une nouvelle victime. La scène s’est produite sous le regard attentif de la mère de famille. Elle a soudain crié : « Au voleur ! » en lui sautant dessus pour le retenir.


Déjà condamné à dix reprises

Tandis que le voleur résistait, son complice prenait la fuite. Un agent de sécurité est venu prêter main forte à la femme et le suspect a été remis à la police. Il était bien en possession du téléphone de la nouvelle victime, mais pas de celui de la mère de famille.

Le prévenu, un ressortissant roumain de 22 ans, comparaissait ce jeudi devant le tribunal correctionnel de Lyon. Il avait déjà été condamné à dix reprises et a agi en état de récidive légale. Il a écopé de cinq mois de prison ferme.

À la barre, celle qui l’a courageusement interpellé a déclaré : « Je n’ai pas fait cela pour moi mais pour tous les Lyonnais qui sont victimes dans les transports en commun de tels actes », indique le quotidien régional.