Manifestant éborgné par une grenade en 2016 : un CRS de 50 ans renvoyé aux assises


Illustration. (Frederic Legrand - COMEO / Shutterstock)

Un policier affecté en CRS a été renvoyé ce lundi aux assises pour avoir lancé de façon « injustifiée » une grenade de désencerclement, qui avait causé la perte d’un œil d’un manifestant, Laurent Théron, lors d’un rassemblement contre la loi Travail le 15 septembre 2016.

Un CRS âgé de 50 ans doit être jugé pour « violences volontaires ayant entraîné une mutilation ou une infirmité permanente » sur Laurent Theron, un militant syndical SUD de 48 ans « définitivement aveugle de l’œil droit » comme le mentionne l’ordonnance des juges d’instruction, selon des sources judiciaires concordantes.

L’avocat du fonctionnaire, Me Laurent-Franck Liénard, a déjà annoncé son intention de faire appel de cette décision.

Un lancer jugé « disproportionné »

« Au moment du lancer de la GMD, à 16h53, Alexandre M. et sa compagnie n’étaient ni assaillis, ni encerclés, ni même réellement pris à partie, étant séparés de plusieurs mètres de manifestants épars », peut-on également lire dans cette ordonnance.

Le policier se trouvait à 14 mètres de Laurent Theron au moment où il a lancé cette grenade. Un lancer jugé « disproportionné » au vu des circonstances, par les deux juges d’instruction. Le parquet avait de son côté requis un renvoi devant le tribunal correctionnel, mettant en doute le caractère irréversible de la blessure de M. Theron.