Marignane : 18 armes dont des fusils d’assaut et des pistolets ainsi que 65 kg de cannabis saisis, 9 suspects arrêtés


Les enquêteurs de la police judiciaire de Marseille ont saisi 18 armes dont des fusils d'assauts à Marignane, lundi. (photo DIPJ Marseille)

La police judiciaire marseillaise a découvert un arsenal appartenant au grand banditisme à Marignane (Bouches-du-Rhône). 18 armes au total ont été ôtées des mains des criminels.


L’affaire a débuté après un règlement de comptes déjoué à Marseille en mai dernier. Les limiers de la Direction interrégionale de la police judiciaire (DIPJ) ont permis la mise en examen de six personnes accusées d’avoir préparé ce règlement de compte entre trafiquants de stupéfiants.

Grâce à ce coup de filet, les policiers ont remonté le fil de ce réseau criminel un mois plus tard. Il les a conduit à la découverte d’un arsenal de guerre sur la commune de Marignane, lundi dans la soirée, rapporte France 3. Un nouveau dispositif d’interpellation a été mis en place dans plusieurs lieux de Marseille, grâce auquel une figure du narco-banditisme local et ses complices ont été arrêtés.

Un arsenal de guerre mis au jour

Le même soir, les enquêteurs ont découvert 18 armes, dont 6 fusils d’assaut parmi lesquels des Famas, mais aussi des pistolets semi-automatiques et des armes de chasse. Ils ne s’attendaient pas à une telle trouvaille en arrivant dans l’appartement marignanais d’une nourrice liée à un trafic de stupéfiants.

Une partie de l’arsenal de guerre découvert par la police judiciaire à Marignane, lundi soir. (photo DIPJ Marseille)

Sur place, les policiers ont également découvert 65 kg de résine de cannabis et 16 700 euros en espèces, a indiqué la procureure de la République de Marseille, Dominique Laurens.


9 suspects interpellés

L’opération leur a permis, en outre, d’interpeller 9 hommes dans les quartiers Nord de Marseille. Cinq d’entre eux ont été mis en examen dont ont été remis en liberté sous contrôle judiciaire. Le parquet a requis le placement en détention provisoire des deux autres.

Ces derniers sont âgés de 25 et 35 ans « biens connus des services de police », a précisé Eric Arella, patron de la police judiciaire de Marseille. L’un d’eux est qualifié de « trafiquant éminent » de la Castellane, haut lieu du trafic de drogue situé dans le 15ème arrondissement de Marseille. Celui-ci est très défavorablement connu des services de police, et était recherché pour « association de malfaiteurs en vue d’un homicide volontaire ».

La découverte effectuée lundi est conséquente, sachant que 150 armes ont été saisies sur tout le département pour l’ensemble de l’année 2019, a précisé Eric Arella, le directeur interrégional de la police judiciaire de Marseille, lors d’une conférence de presse.

Les armes sont en cours d’analyse balistique pour déterminer si elles n’apparaissent pas dans d’autres enquêtes, et notamment des règlements de comptes. Cette affaire est le fruit d’une collaboration entre l’Office anti-stupéfiants (OFAST), la Brigade de répression du banditisme (BRB) et la Brigade de recherche et d’intervention (BRI).