Meurthe-et-Moselle : Les policiers interpellent plusieurs braqueurs armés en flagrant délit près de Nancy


Illustration. (Adobe Stock)

Les policiers de la Brigade anticriminalité (BAC) de Nancy ont surpris en flagrant délit un commando armé ce jeudi soir dans une entreprise de Ludres (Meurthe-et-Moselle). Au moins cinq individus ont été interpellés et placés en garde à vue dans cette affaire.

Les policiers de la BAC de Nancy ont réalisé une délicate intervention ce jeudi soir à Ludres, dans la banlieue de Nancy. Ces derniers ont été alertés vers 22h20 que plusieurs malfaiteurs encagoulés et armés étaient en train de braquer une entreprise de transport située rue Pierre et Marie Curie, dans la zone industrielle.

Ces derniers sont rapidement arrivés sur place et ont pris des précautions de sécurité, ne sachant pas combien de malfaiteurs étaient en train d’agir. Équipés de leurs gilets pare-balles lourds, ils ont avancé pédestrement avec prudence vers le lieu des faits.

Ils ont alors aperçu deux petits camions au niveau du quai de chargement ainsi qu’un semi-remorque dont le moteur était allumé.

Plusieurs individus étaient en train de charger du matériel et faisaient des va-et-vient. Les forces de l’ordre ont ensuite aperçu deux suspects encagoulés, dont l’un était muni d’une arme de poing, sortir précipitamment de l’entreprise et prendre la fuite. Ils étaient poursuivis par un troisième homme qui était en fait un employé décidé à ne pas se laisser faire.


Cinq victimes ligotées et dépouillées

Un autre malfaiteur se trouvait dans l’un des semi-remorques et s’est dirigé dans le dépôt. Les policiers ont pénétré à leur tour à l’intérieur et ont découvert un fusil automatique qui était posé sur une palette. Un peu plus loin, un homme se trouvait debout, devant cinq victimes ligotées.

A la vue des policiers, il leur a foncé dessus, tentant de se rapprocher du fusil qui avait été abandonné, et a été difficilement maîtrisé alors qu’il se rebellait. L’homme qui est de forte corpulence et qui était équipé d’un gilet tactique, d’une bombe lacrymogène et d’un cutter, a été interpellé. Il serait âgé de 24 ans. Les policiers ont découvert après que le fusil de type Kalachnikov était en fait factice.

Les cinq victimes âgées de 24 à 59 ans ont expliqué qu’elles avaient été attaquées par plusieurs hommes armés, puis dépouillées de leurs biens, notamment de leur téléphone.

L’une avait reçu un violent coup de crosse à la tête. Sous le choc, les cinq hommes ont été pris en charge par les sapeurs-pompiers. Les policiers s’étaient assurés peu avant qu’il n’y avait aucun autre malfaiteur dans l’entreprise.

Durant leur intervention, leurs collègues de la brigade de nuit ont interpellé deux suspects dans la Meuse, après une course-poursuite d’environ 70 km. Il s’agit des deux hommes qui ont pris la fuite en voiture, au moment où les policiers arrivaient. Leur véhicule, une Peugeot 3008, était signalée volée. Les deux mis en cause de 27 et 24 ans ont été placés en garde à vue.

Deux suspects interpellés par la BRI

Une enquête a été immédiatement ouverte et a rapidement progressé au cours de la nuit. Deux suspects ont en effet été interpellés à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) par les policiers de la Brigade de recherche et d’intervention (BRI), quelques heures après les faits selon nos informations. Âgés d’une vingtaine d’années, ils ont été placés en garde à vue.

La suite des investigations a été confiée aux enquêteurs de la police judiciaire de Nancy, qui devront déterminer combien de malfaiteurs sont impliqués dans ce vol à main armée et comment ils se sont organisés.

« Ils ont démontré tout le savoir-faire de la police nationale »

Le syndicat Unité SGP Police FO de Meurthe-et-Moselle que nous avons contacté a tenu à féliciter « l’ensemble des policiers qui ont participé à cette intervention pour leur excellent travail et leur professionnalisme ». « Ils ont démontré tout le savoir-faire de la police nationale et nous sommes fiers d’eux », a ajouté l’organisation.