Meurtres à Valence et Guilherand-Granges : le tueur soupçonné d’un troisième assassinat


Un homme a tué deux femmes, l'une dans l'entreprise Faun située à Guilherand-Granges. (photo Stéphane Marc/PhotoPQR/Le Dauphiné/Maxppp)

L’homme qui a tué une conseillère de Pôle emploi à Valence (Drôme) puis une salariée à Guilherand-Granges (Ardèche) ce jeudi matin, est soupçonné d’avoir tué une femme à Wolfgantzen, près de Colmar (Haut-Rhin), mardi soir. Il aurait également agressé un homme à son domicile.


Un triple assassinat ? La piste est étudiée par les enquêteurs. Une femme a été retrouvée morte « dans son véhicule garé sur le parking de la société qui l’emploie, ce mardi 26 janvier vers 18h40 sur la commune de Wolfgantzen », a indiqué mercredi la procureure de Colmar, Catherine Sorita-Minard, citée par L’Alsace.

Ses collègues l’ont retrouvée inanimée et les secours ne sont pas parvenus à la réanimer. La voiture de la victime était stationnée dans l’enceinte grillagée de l’entreprise Knauf, située dans une zone d’activités.

Estelle Luce était âgée de 39 ans et mère de deux enfants. Comme la victime de Pôle emploi à Valence, elle était responsable des ressources humaines dans sa société. Le parquet a confirmé que la défunte avait été tuée par arme à feu et a annoncé l’ouverture d’une enquête en flagrance pour assassinat. La section de recherches de Strasbourg a été chargée des investigations.

Estelle Luce était âgée de 39 ans. (DR)

Deux morts et un homme interpellé

Deux autres femmes ont été tuées par balle ce jeudi matin et l’auteur présumé des faits a été interpellé. Il est âgé de 45 ans. La première victime a été abattue à Valence vers 08h30, dans l’agence Pôle emploi où elle travaillait. Le tueur « s’est adressé à une employée, sans qu’on sache s’il la connaissait et, très vite, il a fait feu à une reprise avec une arme, la blessant mortellement au thorax. Le décès a été constaté après une vaine tentative de réanimation », a détaillé le procureur de la République, Alex Perrin, lors d’une conférence de presse. « A priori il n’avait pas un comportement agressif, jusqu’au moment où il a sorti une arme et fait feu avec une détermination réelle pour tuer ». La victime était âgée de 53 ans.


Le mis en cause a pris la fuite et l’un des employés de Pôle emploi a relevé la plaque d’immatriculation de sa voiture. L’information a été transmise aux forces de l’ordre qui sont parties à la recherche du tueur. Le quadragénaire s’est quant à lui dirigé vers Guilherand-Granges (Ardèche), ville frontalière de Valence. Il s’est rendu dans les locaux de l’entreprise Faun Environnement. « Il a demandé à avoir un contact avec un cadre et a rapidement fait feu sur une employée de 51 ans, atteinte à deux reprises mortellement » à l’abdomen et au visage, a déclaré le procureur de la République. La victime était une employée des ressources humaines de la société et était elle aussi mère de famille. Le magistrat a précisé que le tueur avait travaillé dans cette entreprise entre 2008 et 2010. En outre, il n’était plus inscrit à Pôle emploi Valence depuis 2013 et habite à Nancy (Meurthe-et-Moselle). Gabriel Fortin a été interpellé après avoir percuté une voiture de police, alors qu’il revenait vers Valence.

« À ce stade, on ne sait rien de ses motivations » mais « on pense vraiment qu’il y avait une préméditation », a détaillé Alex Perrin. Une enquête a été ouverte pour « assassinats » et confiée à la police judiciaire de Lyon.

Des éléments concordants

Le quadragénaire est-il aussi l’auteur du meurtre de Wolfgantzen ? La piste n’est pas exclue a indiqué le procureur de la République de Valence. Plusieurs éléments plaident en la faveur de cette hypothèse. Le suspect qui est ingénieur a semble-t-il travaillé au bureau d’études de Francel SA entre 2006 et 2008, une entreprise installée à Gallardon, rapportent nos confrères de L’Alsace. Durant cette même période, Estelle Luce avait travaillé sur le plan de restructuration de Francel SA, pour le compte de l’entreprise Emerson.

Le soir même, l’un des anciens collègues de la défunte – avec qui elle avait travaillé sur cette même mission – a été agressé à son domicile à Wattwiller par un homme armé. L’auteur a sonné à la porte de la victime, lui a demandé son nom et a ouvert le feu, le manquant de peu raconte France Bleu. L’homme a tenté de rattraper son agresseur, en vain. Il était le supérieur hiérarchique d’Estelle Luce au moment de cette restructuration.

De plus, les gendarmes recherchaient semble-t-il une voiture rouge, après avoir retrouvé la victime décédée dans sa voiture, à Wolfgantzen. C’est aussi la couleur de la voiture de marque japonaise du tueur qui a agi à Valence et à Guilherand-Granges ce jeudi matin.

Autre élément : le mis en cause connaissait vraisemblablement la femme de 51 ans qu’il a tuée dans l’entreprise Faun Environnement, puisque l’équipe de direction, y compris la DRH, était déjà en place lorsqu’il était employé entre 2008 et 2010 selon Europe 1. En revanche, l’assaillant ne connaissait a priori pas la personne qu’il a tuée dans l’agence Pôle emploi de Valence.

« Rien n’est pour l’instant avéré », a rappelé le procureur de la République de Valence. Le tueur présumé, Gabriel Fortin, âgé de 45 ans est actuellement interrogé par les enquêteurs de la PJ dans le cadre de sa garde à vue. Déclaré en tant que tireur sportif, il avait l’autorisation de détenir deux armes de poing de calibre 9 mm indique L’Est Républicain.