Mort d’Élisa Pilarski : seul l’ADN de Curtis a été retrouvé sur le corps de la victime


Élisa Pilarski a été tuée en forêt de Retz le 16 novembre 2019.

Un seul et unique ADN a été retrouvé sur le corps d’Élisa Pilarski. Celui de Curtis, le chien qu’elle promenait le jour où elle a été tuée.

Les résultats des tests ADN ne laissent pas de place au doute. Un seul ADN a été retrouvé sur le corps d’Élisa Pilarski qui était âgée de 29 ans lorsqu’elle a été retrouvée morte dans la forêt de Retz, le 16 novembre 2019. Il s’agit de celui de Curtis révèle BFMTV, le chien du compagnon de la victime qu’elle était sortie promener ce jour-là.

L’ADN des 62 chiens de l’association qui avaient participé à la chasse à courre le jour du drame, avait également été prélevé afin d’être comparé avec les traces découvertes sur le corps et les vêtements de la jeune femme qui était enceinte. La chaîne d’informations précise que l’ADN de Curtis, un American Pitbull Terrier, a été retrouvé sur le corps et sous un ongle de la victime mais également à l’intérieur de ses vêtements.

Des traces de sang de la victime sur une babine du chien

L’animal a donc bien attaqué mortellement Élisa Pilarski, d’autant que des traces de sang de la victime ont été retrouvées sur la babine et l’œil droit de Curtis. En outre, le rapport d’expertise rendu par deux vétérinaires des cours d’appel de Reims et Toulouse, indique que les blessures retrouvées sur le corps d’Élisa Pilarski ne sont compatibles qu’avec la mâchoire de Curtis.

Les experts ont aussi précisé que l’animal, qui est âgé d’environ deux ans, est obsédé par l’idée de mordre suite à une éducation inadaptée. De plus, le rapport a mentionné que la présence des chiens participant à la chasse courre avait potentiellement pu provoquer l’excitation de Curtis.