Nancy : Un garçon de 13 ans tue son père d’une balle dans la tête, sous les yeux de sa sœur de 7 ans


Illustration. (photo Obatala-photography/shutterstock)

Un adolescent âgé de 13 ans a été mis en examen pour « meurtre sur ascendant » avant d’être placé en détention provisoire. Il est accusé d’avoir tiré une balle dans la tête de son père dans la nuit de mercredi à jeudi, à Nancy (Meurthe-et-Moselle).

C’est un terrible drame qui s’est déroulé dans le quartier Marcel-Brot à Nancy dans la nuit de mercredi à jeudi, vers 2 heures du matin. Une femme a fait appel aux services de police car son mari venait d’être victime d’un tir en pleine tête, dans le domicile familial. La victime âgée de 33 ans, touchée à la tempe et grièvement blessée, a été prise en charge par les médecins du SMUR. Elle est décédée quelques heures plus tard à l’hôpital. Le trentenaire, né au Kosovo, était alcoolisé au moment où il a été visé par ce tir.

A leur arrivée, les policiers n’ont découvert aucune arme à feu dans le logement. La direction territoriale de la police judiciaire (DTPJ) de Nancy a été saisie de l’enquête, qui a rapidement progressé. Le procureur de la République de Nancy, François Pérain, a donné de nouveaux détails concernant cette affaire, ce samedi, comme l’indique France Bleu. L’épouse de la victime avait été placée en garde à vue et a livré des « explications confuses évoquant une dispute avec son mari et le rôle tenu par l’un de ses fils ».

Elle reconnaît que son fils de 13 ans a tiré

Les constatations ont montré que le coup de feu mortel avait été tiré « soit à bout touchant, soit à bout portant, à très courte distance ». A l’arrivée des policiers la nuit du drame, les deux frères de 12 et 13 ans, d’une fratrie composée de cinq enfants, étaient absents. Des recherches ont été organisées pour les retrouver. La mère de famille est finalement passé aux aveux durant ses auditions, reconnaissant que le coup de feu avait été tiré par son fils de 13 ans, « ce que confirmait sa fille de 7 ans qui avait assisté également à la scène ».

Les deux enfants en fuite ont erré dans les rues de Nancy durant le reste de la nuit, avant de se présenter l’Hôtel de police du boulevard Lobau le jeudi matin. Les enquêteurs de la PJ ont retrouvé l’arme du crime, cachée dans un sac à proximité du domicile. « Il s’agissait d’une arme de collection qui normalement n’est pas létale. Cependant, les munitions létales présentes dans le barillet avaient été modifiées pour être introduites (…) Une munition percutée retrouvée dans le barillet confirmait le fait qu’un seul coup de feu avait été tiré », a détaillé le magistrat.

La mère affirme avoir été frappée par son mari

Cette horrible scène se serait déroulée dans un contexte de violente dispute conjugale. Le tireur présumé, son frère et la mère de famille, ont affirmé que le défunt avait consommé beaucoup d’alcool ce soir-là, et qu’il aurait frappé sa compagne. « Cependant, le médecin qui l’avait examinée [la mère] pendant sa garde à vue, ne relevait pas l’existence de traces de violences physiques », souligne le procureur de la République. L’enfant de 13 ans serait allé récupérer l’arme de collection de son père dans la chambre parentale, et savait où elle se trouvait. « Il est entré dans la cuisine où se trouvait son père et a tiré un coup avec le revolver qui a atteint son père à la tempe », avant de remettre l’arme dans le sac et de prendre la fuite avec son frère.

L’adolescent âgé de 13 ans a été mis en examen pour « meurtre sur ascendant » avant d’être écroué. La mère a été remise en liberté. Les autres enfants ont été placés provisoirement par un juge. Le défunt n’était pas connu des services de police pour des faits de violences a mentionné le procureur de la République.