Nîmes : Fusillade à la Kalachnikov et à l’arme de poing au Mas de Mingue.

Illustration © Actu17

Une fusillade s’est déroulée ce mercredi soir vers 22h30 au Mas de Mingue, à Nîmes (Gard). La police n’a découvert aucun blessé.


Des tirs à l’arme de guerre se sont produits au Mas de Mingue. Sur place, les policiers n’ont constaté que des dégâts matériels. Les faits se sont déroulés vers 22h30 à proximité d’un salon de thé explique Midi-Libre.

Les enquêteurs du SRPJ de Montpellier sont restés sur place plusieurs heures afin de relever le maximum de traces et indices qui pourraient permettre l’identification des tireurs.

Plusieurs autres fusillades et une attaque au couteau

Cette fusillade fait suite à plusieurs autres. Il y a 15 jours, des tirs avaient eu lieu dans le même secteur et un homme avait été légèrement blessé. Le lendemain dans une nouvelle fusillade quartier Richelieu, deux hommes dont un passant avaient été blessés à leur tour.

Le surlendemain, un homme avait été victime d’un coup de couteau précise le quotidien régional. Une information judiciaire avait alors été ouverte par le parquet de Nîmes.

Trafic de drogue

Pour l’heure, aucun lien n’a été fait entre les affaires du mois dernier et celle de ce mercredi soir. Il s’agirait toutefois d’une guerre de territoires sur fond trafic de drogue ainsi que l’émergence d’une nouvelle génération nîmoise dans le narco banditisme comme l’explique Midi-Libre.

Par ailleurs, le détenu qui s’est évadé à l’aide d’un commando de deux individus armés à Tarascon (Bouches-du-Rhône), le 28 janvier dernier, alors qu’il était conduit par une escorte pénitentiaire au palais de justice, est originaire de ce même quartier nîmois du Mas de Mingue. Lofti Boussouak est toujours en cavale.