«Niquez-les ! Niquez-les !» : les policiers agressés par une cinquantaine d’individus à Étampes


Des dizaines de jeunes individus ont agressé un équipage de police. (capture écran/DR)

Intervention difficile pour les policiers à Étampes (Essonne) ce dimanche après-midi. Ils ont été violemment agressés par une cinquantaine d’individus, alors qu’ils tentaient de récupérer une moto volée. Un policier a été légèrement blessé et deux suspects ont été interpellés.

La vidéo d’un agresseur, qu’il a diffusée sur le réseau social Snapchat, ne laisse aucun doute sur ces intentions. « Allumez-les ! Niquez-les ! Niquez-les leurs mères ! », hurle-t-il alors que de très nombreux individus s’en prennent à une voiture de police sérigraphiée, qui finit par quitter les lieux précipitamment. Une scène qui s’est produite vers 17 heures dans le quartier de Guinette à Étampes.

Au départ des faits, un homme qui vient à un rendez-vous pour vendre sa motocross mais qui est agressé par un groupe de personnes, qui lui volent son deux-roues. La situation a ensuite dégénéré lors de l’arrivée des policiers. Ces derniers ont tenté de stopper le voleur sur la moto. Celui-ci finit par abandonner l’engin et prendre la fuite en courant.

Les policiers ont ensuite été agressés par une cinquantaine d’individus alors qu’un tournoi de football se déroulait non loin de là, avec près de 200 spectateurs. Les jets de projectiles ont été nombreux, tout comme les insultes et les appels à la violences. Des renforts de police ont été demandés, mais aussi de gendarmerie.

Une autre séquence amateur publiée sur les réseaux sociaux, montre l’interpellation d’un suspect.

Un policier touché à la tête et deux véhicules dégradés

Deux mineurs de 17 ans ont pu être interpellées et la moto a été récupérée par les forces de l’ordre. Au cours des violences, un policier a reçu une pierre sur la tête. Il est légèrement blessé. Deux voitures sérigraphiées ont aussi été dégradées. Une enquête a été ouverte et confiée à la sûreté urbaine.

Dans la nuit de samedi à dimanche dans ce même département de l’Essonne, les policiers ont été confrontés à des violences urbaines, à Grigny, durant lesquelles ils ont été agressés à coups de tirs de mortiers et de jets de cocktails Molotov notamment.