Nord : Son ADN est retrouvé dans la maison cambriolée, la justice le relaxe


Illustration (Mike Fouque / Shutterstock)

Le suspect était déjà connu de la justice pour des vols sur fond de toxicomanie.


Ce mardi, le principal suspect d’un cambriolage commis le 20 septembre dernier dans une maison de la rue de Guise à Douai (Nord) a été relaxé par la justice. Son ADN avait pourtant été retrouvé sur place.

Une brique au centre des attentions

Ce jour de septembre 2018, un ou plusieurs cambrioleurs s’étaient introduits par effraction dans une maison. Pour ce faire, une brique avait était jetée contre fenêtre qui s’était brisée sous l’impact.

Le ou les voleurs s’étaient emparés d’un téléviseur et de sa télécommande avant de disparaître. Les policiers étaient intervenus quelques heures plus tard pour procéder aux constatations. À cette occasion, ils avaient appréhendé la brique retrouvée dans l’habitation.

Relaxé au bénéfice du doute

L’empreinte génétique du principal suspect avait été retrouvée sur la pièce à conviction. C’est sur l’unique base de cet ADN que l’homme, âgé de 44 ans, s’est retrouvé devant le tribunal.

Au sujet de ses antécédants judiciaires et de sa toxicomanie, le suspect s’est défendu : « Ça fait partie de mon passé. Avant, il n’y avait pas de traitement de substitution. Aujourd’hui, je ne consomme plus. J’ai même des missions d’intérim ». Et concernant son ADN ? « Des briques, j’en utilise dans mon jardin. Et tout le monde peut y accéder, a-t-il ajouté, sans sourciller.

Et sa ligne de défense a porté ses fruits. La cour n’a pas suivi les réquisitions du Procureur qui réclamait quatre mois de prison. Le seul suspect de cette affaire a été relaxé au bénéfice du doute, relate La Voix du Nord.