Paris : 2 policiers vont être jugés suite à la diffusion d’une vidéo montrant le suicide d’un homme


Illustration. (Shutterstock)

Les images montrant un homme tomber du 6ème étage d’un immeuble avant de s’empaler sur un poteau avaient été diffusées sur les réseaux sociaux, bouleversant la famille de la victime. Deux policiers vont être jugés au tribunal correctionnel de Paris suite à la diffusion de ces images choquantes.

Un homme de 26 ans s’était suicidé le 27 septembre 2018 vers 23 heures, en sautant du 6ème étage de son immeuble situé rue de la Jonquière à Paris (XVIIIe). Louis était tombé sur un poteau sur lequel il s’était empalé. Les sapeurs-pompiers avaient alors été contraints de scier le morceau de métal pour pouvoir conduire la victime à l’hôpital Beaujon de Clichy (Hauts-de-Seine), où elle était décédée peu après.

Une vidéo montrant la chute mortelle du malheureux avait été diffusée sur les réseaux sociaux les jours suivants, créant de vives réactions de la part des internautes mais surtout le choc et la douleur de la famille de Louis, déjà endeuillée par le décès de leur proche. La famille du défunt avait alors déposé plainte.

Une vidéo filmée par un smartphone dans un commissariat

Le parquet de Paris avait décidé d’ouvrir une enquête et saisi l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) afin d’identifier les responsables de la diffusion de ces images, extraite des vidéosurveillances de la préfecture de police (PZVP). La vidéo était celle d’un téléphone portable filmant l’écran, dans un commissariat. Il était possible d’y entendre des commentaires et de voir la main d’un policier.

Les investigations se sont orientées vers le commissariat du XIe arrondissement et deux policiers ont été identifiés raconte Le Parisien. Le premier est opérateur radio, habilité à consulter les images PZVP (plan zonal vidéo-protection). Le second serait celui qui a filmé ces images alors que l’opérateur les visionnait sur son écran.


La vidéo avait ensuite été diffusée sur un groupe de la messagerie chiffrée WhatsApp. Selon le quotidien, le second suspect a reconnu avoir filmé l’écran lors de ses auditions à l’IGPN.

La personne qui a diffusé les images sur les réseaux sociaux n’a pas été identifiée

Selon un haut fonctionnaire du ministère de l’Intérieur cité par le quotidien francilien, la personne qui a diffusé cette vidéo à l’extérieur de ce groupe WhatsApp, n’a pas été identifiée par les enquêteurs de l’IGPN pour l’heure.

Par ailleurs, les deux fonctionnaires mis en cause étaient jusqu’ici bien notés par leur hiérarchie. Le premier avait été décoré en 2015 et le second était intervenu parmi les premiers lors de l’attentat de Charlie Hebdo, se faisant tirer dessus par les frères Kouachi.

Jugés le 23 avril prochain

14 mois après la diffusion de ces images, la mère de Louis s’est dite « soulagée » d’apprendre que des poursuites étaient en cours dans le cadre de cette enquête.

Les deux policiers seront jugés par la 10e chambre du tribunal correctionnel de Paris le 23 avril prochain, pour détournement d’images de vidéosurveillance et violation du secret professionnel pour l’un, et pour détournement d’images de vidéosurveillance et recel de violation du secret professionnel pour le second.

Une deuxième vidéo filmée dans l’hôpital avait été diffusée

L’enquête judiciaire n’est pas terminée puisqu’une seconde vidéo avait été diffusée sur les réseaux sociaux. Filmée au bloc opératoire de l’hôpital Beaujon, on y apercevait un pompier qui retirait le poteau du corps de la victime, avant de l’exhiber autour du personnel soignant et de d’autres pompiers. Une plainte avait été déposée par l’AP-HP rappelle le quotidien.