Paris : «Ils m’ont massacrée», une grand-mère de 85 ans violemment agressée chez elle par des voleurs


Illustration. (Shutterstock / pikselstock)

Une personne âgée, habitant dans le XIVème arrondissement de Paris, a été victime d’une agression ultra-violente à son domicile. Ses agresseurs sont en fuite.

La violence des coups l’a défigurée. Une retraitée de 85 ans, demeurant dans un petit appartement d’une résidence HLM du XIVème arrondissement de Paris a subi une agression ultra-violente à son domicile. C’est la petite-fille de cette dame, originaire de Perros-Guirrec (Côtes-d’Armor), qui l’a retrouvée chez elle dans un état grave, mardi dernier, rapporte Le Parisien.

Inquiète de ne pas avoir de réponse à ses appels, la jeune femme de 24 ans, qui habite dans la même rue qu’elle, s’est rendue chez sa grand-mère vers 1 heure du matin. À son arrivée, elle a retrouvé l’octogénaire au pied de son lit, le visage tuméfié, méconnaissable.

L’appartement mis à sac

Grièvement blessée, mais vivante. Les premiers mots de la retraitée lorsqu’elle a vu sa petite-fille venir à son secours ont été : « Ils m’ont massacrée ». Des mots qui résonnent encore dans la tête de la jeune femme, qui a livré son témoignage avec des trémolos dans la voix au quotidien francilien.

Le petit appartement était sens dessus dessous : placards renversés, objets projetés au sol. Même les cendres du chien de sa petite-fille ont été renversées sur le sol. D’après son témoignage, l’octogénaire a subi un déchaînement de violences de la part de trois hommes. Ils étaient de type nord-africain et âgés entre 20 et 30 ans. L’un était petit de taille et tous trois ont agi à visage découvert et sans gants.


Une dizaine de violents coups de poing

Elle aurait reçu une dizaine de violents coups de poing, qui lui ont causé un traumatisme crânien avec saignement interne et deux fractures du nez. Un examen médical a écarté tout acte d’agression sexuelle. Les malfaiteurs en voulaient à ses biens précieux.

La victime a été prise en charge par les secours et hospitalisée. Ce n’est que quelques jours plus tard qu’elle a trouvé la force de raconter le début de son calvaire à sa petite-fille. Les trois hommes avaient frappé à sa porte puis détourné son attention en lui présentant un sac, avant de pénétrer de force chez elle.

Elle n’a toutefois pas pu dater le moment précis de cette agression. Est-ce que cela s’est passé lundi soir entre 19 heures et 21 heures ? C’est en tout cas ce que pourrait laisser croire le témoignage d’une voisine qui a entendu un vacarme à ce moment-là.

Plusieurs milliers d’euros de bijoux

Le mobile crapuleux de cette agression ne fait pas de doute. Et pourtant, l’octogénaire ne perçoit qu’une maigre retraite de 700 euros par mois. Mais dans un coffre à bijoux qu’elle détient, se trouvaient des broches en or blanc, un collier de perles de culture et une montre.

Ces effets appartenaient à sa fille décédée il y a cinq ans, qui est aussi la mère de sa petite-fille de 24 ans qui l’a retrouvée. Une première estimation fait état d’un vol de bijoux représentant plusieurs milliers d’euros.

La petite-fille de la victime a précisé que les agresseurs avaient lancé à cette dernière : « On vous connaît, on sait que vous avez de l’argent, on vous a surveillée, donnez-nous le code de votre carte bleue », rapporte le quotidien francilien. Sous le choc, la retraitée n’était pas parvenue à s’en souvenir.

Les malfaiteurs activement recherchés

Le trio était-il bien renseigné ou a-t-il agi par opportunisme ? L’enquête le dira. Elle a été confiée aux policiers du XIVème arrondissement de la capitale. Les malfaiteurs courent toujours pour le moment.

Les enquêteurs auront des difficultés à exploiter les enregistrements de la vidéosurveillance de la résidence, les caméras étant régulièrement rendues inopérantes par des individus se livrant à un trafic de stupéfiants dans le secteur.