Paris : Raymond Domenech insulté par deux hommes dans le métro, qui ont filmé la scène


Raymond Domenech a été pris à partie par deux hommes dans le métro. (capture écran vidéo/DR)

« Des cons, il y en a partout », a réagi Raymond Domenech sur Twitter après avoir été copieusement insulté dans le métro par deux individus.

Une simple demande de l’ancien sélectionneur de l’équipe de France de football Raymond Domenech (2004-2010) lui a valu une pluie d’insultes de la part de deux hommes, dans le métro de Paris ce mercredi.

« Hier dans le métro j’ai demandé à 2 individus de remettre leur masque car il y avait une personne âgée et vulnérable face à eux. Ils m’ont alors copieusement insulté », raconte sur Twitter, le désormais président de l’UNECATEF, le syndicat des entraîneurs français.

Les auteurs ont filmé la scène et la vidéo a été rapidement mise en ligne sur les réseaux sociaux. « Des cons, il y en a partout. Passons à autre chose… Mais merci pour votre soutien », a ajouté l’ex-sélectionneur des Bleus.

« Vive Nicolas Anelka »

« Sale bâtard de Domenech », « va te faire foutre », « Domenech le raciste », « On t’emmerde » peut-on entendre dans cette séquence de 22 secondes. L’ancien défenseur tente de répondre mais ses mots sont inaudibles.

Les deux hommes évoquent aussi l’ancien footballeur français Nicolas Anelka et font référence à leur altercation durant le Mondial 2010 en Afrique du Sud, qui avait entrainé l’exclusion de ce dernier ainsi que l’épisode de grève et du bus, à Knysna.

« Si on se croisait par hasard, je crois qu’on pourrait discuter »

L’ancien joueur du PSG et du Real Madrid notamment, qui a grandi à Trappes (Yvelines), est récemment revenu sur cet incident avec Raymond Domenech dans une interview accordée au Parisien au moment de la sortie d’un documentaire sur sa carrière, diffusé par Netflix le mois dernier : « Je n’ai aucune rancœur et sachez qu’avant Knysna, on avait vraiment de très bons rapports. Et oui ! Mais je ne lui ai plus reparlé depuis. (…) Si on se croisait par hasard, je crois qu’on pourrait discuter », a affirmé Nicolas Anelka.

« Ce que j’ai dit ce jour-là c’est : « T’as qu’à la faire ton équipe de merde ». Il faut aussi comprendre que cette réaction, très classique dans un vestiaire, c’était par esprit de compétition et pour rectifier certaines choses », avait également précisé l’ex-attaquant à nos confrères. Le journal L’Équipe avait titré à l’époque que le joueur avait lancé à son sélectionneur : « Va te faire enculer, sale fils de pute ».