Policiers attaqués à Cannes : «la thèse d’un acte solitaire» privilégiée indique le parquet

L'attaque a été filmée par une vidéosurveillance. (capture écran/DR)

L’enquête se dirige à ce stade vers la piste d’un « acte solitaire » a annoncé le parquet de Grasse dans un communiqué, concernant l’attaque au couteau de plusieurs policiers devant le commissariat de Cannes (Alpes-Maritimes).

Les investigations concernant l’attaque de quatre policiers devant le commissariat de Cannes ce lundi matin se poursuivent. Dans un communiqué ce jeudi, le procureur de la République de Grasse, Damien Savarzeix, annonce que les « gardes à vue dans l’entourage proche de l’auteur présumé ont été levées et conduisent à accréditer la thèse d’un acte solitaire ». Le parquet national antiterroriste (PNAT) ne s’est pas saisi de ce dossier.

« L’exploitation sommaire des supports informatiques saisis par la police judiciaire de Nice n’a pas plus révélé d’indice d’une éventuelle affiliation djihadiste », précise le parquet, qui mentionne également que « l’examen psychiatrique du mis en cause a conclu à son entière responsabilité pénale ».

« Le mobile de son geste demeure incertain »

Quelles sont donc les motivations de cet Algérien de 37 ans, qui a été neutralisé par balles alors qu’il attaquait cet équipage de police-secours sur le point de partir en patrouille ? « Le mobile de son geste demeure incertain, l’intéressé évoquant dans sa dernière audition tout à la fois l’emprise d’un esprit malin et la volonté de venger ‘le prophète’ », détaille le communiqué. « Le mis en cause va faire l’objet d’une nouvelle intervention chirurgicale. La procédure reprendra son cours lorsque son état le permettra ».

Un policier a reçu des coups de couteau au niveau du ventre et a été sauvé par son gilet pare-balles. L’assaillant a d’abord fait mine de vouloir demander un renseignement avant d’attaquer les fonctionnaires. A ce stade, l’assaillant est poursuivi pour tentative d’assassinat sur personnes dépositaires de l’autorité publique.