Prêtre blessé par balles à Lyon : le tireur présumé interpellé, il a reconnu les faits


L'église orthodoxe grecque de l'Annonciation dans le 7e arrondissement de Lyon. (Google view)

Près d’une semaine après des tirs sur prêtre orthodoxe grec à Lyon, les enquêteurs de la police judiciaire ont interpellé un suspect de 40 ans. L’homme a reconnu les faits et a évoqué une liaison de la victime avec sa compagne.

Les investigations des policiers ont permis l’identification du tireur présumé, accusé d’avoir ouvert le feu sur un prêtre orthodoxe grec le 31 octobre, à Lyon. Le suspect, Georgi P., qui est un ressortissant géorgien âgé de 40 ans, a été interpellé ce vendredi à son domicile situé dans le 1er arrondissement de Lyon rapporte Le Parisien. Sa compagne russe âgée de 35 ans a également été interpellée.

Face aux enquêteurs, le quadragénaire a reconnu être l’auteur des coups de feu sur Nikolaos Kakavelakis, un prêtre orthodoxe grec de 52 ans, alors qu’il se trouvait devant son église située dans le 7e arrondissement de Lyon, le 31 octobre. Le mis en cause a évoqué une vengeance d’ordre personnelle liée à un adultère. Sa compagne aurait en effet été la maîtresse de la victime. Georgi P. a déclaré qu’il n’avait pas eu l’intention de tuer le prêtre.

Au moment des faits, Nikolaos Kakavelakis n’était pas habillé en tenue traditionnelle et était en train de fermer l’église. Le parquet national antiterroriste (PNAT) ne s’était pas saisi de l’affaire, survenue 48 heures après l’attentat de la Basilique Notre Dame de Nice, d’autant que les premiers éléments ont montré que la victime avait eu de nombreux différends avec la communauté orthodoxe locale par le passé.

La compagne de l’auteur présumé confirme sa relation adultère

Georgi P. a indiqué qu’il s’était débarrassé de l’arme du crime – un fusil à canon scié – en le jetant dans la Saône. Une autre arme a été saisie à son domicile précise le quotidien francilien. L’homme était déjà connu des services de police pour conduite sans permis de conduire et détention illégale d’arme.


L’état de santé de la victime s’est amélioré cette semaine et les enquêteurs de la police judiciaire ont pu l’entendre. Nikolaos Kakavelakis est sorti du coma ce mardi après une opération. C’est lors de cette audition qu’il a évoqué aux policiers la piste d’un acte commis par un « mari jaloux ». La compagne de l’auteur présumé a de son côté confirmé sa relation adultère avec le prêtre. Le prêtre grec devait prochainement quitter ses fonctions et ne célébrait plus de messe depuis un mois.