Projet d’attentat pour Noël déjoué : l’un des suspects déjà condamné pour terrorisme en 2019

Le siège de la DGSI à Levallois-Perret. (photo Ip3 Press/Maxppp ©)

Deux hommes âgés de 23 ans ont été mis en examen pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle » et placés en détention provisoire début décembre. L’un des deux mis en cause avait déjà été condamné en 2019 à une peine de prison, pour des faits de terrorisme.

Les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) ont interpellé deux hommes de 23 ans le 29 novembre dernier, à Meaux (Seine-et-Marne) et au Pecq (Yvelines) dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte par le parquet national antiterroriste (PNAT) quelques jours avant. Ces derniers ont été mis en examen 96 heures plus tard pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle » avant d’être écroués. Ils sont soupçonnés d’avoir projeté une attaque terroriste au couteau, pour la période de Noël, sur fond d’islam radical.

Les deux complices se revendiqueraient du groupe État islamique (EI). Plusieurs lieux ont été évoqués, notamment des centres commerciaux, dont l’un situé en banlieue parisienne, ou encore des rues bondées. Le duo souhaitait ensuite mourir en « martyr », en étant abattus par les forces de l’ordre lors de leur intervention.

L’un des deux suspects n’est pas inconnu de la justice selon le centre d’analyse du terrorisme (CAT). El Houssein K. a en effet été condamné en 2019 à 4 ans d’emprisonnement dont 18 mois ferme par le tribunal des enfants. Il envisageait déjà à l’époque une attaque au couteau. « Il était poursuivi pour sa participation à des chaînes Telegram auxquelles participait notamment Ines Madani », ajoute le CAT. Cette dernière a été condamnée à 30 ans de prison pour l’attentat raté devant la cathédrale Notre-Dame, dans la nuit du 3 au 4 septembre 2016. Avec ses complices, elles avaient tenté de faire exploser une voiture remplie de bonbonnes de gaz.

« Il s’agirait du premier cas de récidive terroriste de la part d’un sortant condamné depuis 2014 dans le cadre des filières djihadistes syro-irakiennes », précise le CAT, qui souligne « l’importance et l’efficacité du suivi des sortants de prison par la DGSI ».

« Nous sommes prêt à vous humilier, à vous faire souffrir »

El Houssein K. a été victime d’une méningite à l’âge de 14 ans en 2011 raconte Le Parisien. La maladie l’aurait rendu influençable et perméable à la propagande djihadiste. Plusieurs de ses écrits avaient été découverts par les enquêteurs. Après les attentats du 13-Novembre, il avait notamment écrit : « Nous sommes prêt à vous humilier, à vous faire souffrir et à vous tuer à n’importe quel moment / Les 8 frères (qu’Allah leur accorde le paradis) vous ont fait souffrir, vous ont offert ici mort, et cet acte bienfaisant auprès d’Allah n’est que le début d’une longue liste J (…) Vous avez voulu insulter notre prophète Mohammed, nous avons tué les responsables ! ».

La suite des investigations devront montrer si El Houssein K. a récidivé, mais aussi éclaircir les responsabilités exactes de son complice dans ce projet terroriste.