Radars automatiques vandalisés : la facture pourrait s’élever à 660 millions d’euros pour l’État


Illustration. (Shutterstock)

Les dégradations visant les radars automatiques se sont multipliées ces derniers mois. La facture pourrait être particulièrement salée pour l’État et pourrait atteindre 660 millions d’euros selon les informations du journal Les Échos.


Depuis 2018, les autorités observent une augmentation des dégradations et des destructions de radars automatiques dans l’hexagone. Un phénomène qui s’est accentué depuis le début du mouvement des Gilets jaunes en novembre dernier.

Par conséquent, moins de contraventions ont été émises et les recettes budgétaires sont en baisses. Le gouvernement avait prévu une augmentation de 12% des recettes en 2019, comparé à 2018, notamment grâce à la mise en place de nouveaux radars. Le mouvement contestataire des Gilets jaunes a tout changé.

209 millions d’euros en 2018 et 455 millions d’euros en 2019

Le manque à gagner pour 2018 a été estimé à 209 millions d’euros selon le journal Les Echos. Pour 2019, les pertes sont de l’ordre de 455 millions d’euros, soit plus de 40% du total prévu. En cumulant les deux années, le montant atteint 660 millions d’euros, sans prendre en compte la facture des réparations.

Le quotidien économique rappelle que le budget provenant des radars automatiques est réparti sur différents postes de dépenses de l’État, notamment plusieurs missions, dont l’AFITF, l’agence finançant les infrastructures de transport. L’agence a vu son budget baisser de 200 millions d’euros cette année.

Le budget de la sécurité routière en baisse de 57 millions d’euros

Par ailleurs, celui de la sécurité routière a été amputé de 57 millions d’euros. Les recettes versées aux collectivité ont aussi chuté de 60 millions d’euros en 2019.

La sécurité routière a annoncé hier une forte hausse des décès sur les routes de France en février. Il y a eu 17,1% de morts en plus comparé au même mois en 2018. Il s’agit du second mois de hausse de suite.