Reims : Elle poignarde son mari et affirme qu’il était violent envers elle, l’homme est entre la vie et la mort


Illustration Actu17 ©

Une jeune femme a fait appel à la police dans la nuit de mardi à mercredi à Reims (Marne) expliquant qu’elle venait de poignarder son mari violent. Ce dernier a été conduit à l’hôpital alors que ses jours étaient en danger. Elle a été placée en garde à vue.

INFO ACTU17. Elle affirme s’être défendue. En pleine nuit vers 03h30, une jeune femme de 22 ans a contacté la police, déclarant qu’elle avait poignardé son conjoint qui s’était montré violent envers elle. Le requérante a aussi précisé que son bébé était resté dans le logement et qu’elle avait pris la fuite.

A leur arrivée, les policiers ont trouvé la requérante de 22 ans en pyjama dans la rue. Elle présentait des hématomes au niveau du visage et était très alcoolisée selon une source policière. Dans son appartement, les fonctionnaires ont découvert son mari âgé de 27 ans, gravement blessé au niveau du ventre.

L’homme a été pris en charge par les secours et conduit à l’hôpital alors que son pronostic vital était engagé. Le bébé du couple âgé de 3 mois a également été amené à l’hôpital et ne semblait pas avoir fait l’objet de violences.

Placée en garde à vue

La jeune femme a reconnu auprès des policiers avoir poignardé son mari au niveau de l’abdomen. Elle aussi a été amenée à l’hôpital et a été placée en garde à vue pour les besoins de l’enquête.


Les policiers vont désormais devoir déterminer ce qu’il s’est exactement passé dans cet appartement en pleine nuit, et comment le mari y a pénétré. Ce mercredi matin, les deux protagonistes n’avaient pas encore pu être entendus à cause de leur état de santé.

L’homme était sous contrôle judiciaire et avait interdiction d’approcher son épouse

Toutefois, les enquêteurs du Groupe d’appui judiciaire (GAJ) qui ont été chargés des investigations, ont constaté que l’homme gravement blessé avait été condamné en mai dernier par le Tribunal de grande instance de Nanterre (Hauts-de-Seine) pour des faits de violences conjugales sur sa femme, alors qu’elle était enceinte.

Il était depuis sous contrôle judiciaire et avait interdiction d’approcher son épouse. D’autre part, l’homme avait déjà fait l’objet d’un signalement pour violences de la part d’une autre de ses ex-compagnes, en 2017.