Rescapé du Bataclan, Guillaume s’est suicidé : la justice estime qu’il est la 131e victime du 13 novembre


Guillaume Valette s'est suicidé le 19 novembre 2017. (photo Facebook)

Guillaume Valette a mis fin à ses jours alors qu’il souffrait d’un sévère état de stress post-traumatique. Le 13 novembre 2015, il se trouvait au concert des Eagles of Death Metal au Bataclan, et était un rescapé de ce terrible attentat. La justice vient de reconnaître son statut de victime, et il pourrait bien être le 131e mort de ces attaques terroristes.

Il avait échappé à la mort ce 13 novembre 2015 mais n’avait jamais retrouvé la sérénité. Guillaume Valette s’est pendu dans sa chambre d’hôpital à Saint-Mandé (Val-de-Marne), le 19 novembre 2017, près de deux ans après les attentats de Paris. Survivant du Bataclan, Guillaume qui est décédé à l’âgé de 31 ans, n’avait pas été blessé par les balles des terroristes ce soir-là mais était atteint d’un sévère état de stress post-traumatique.

Les parents de cet ancien analyste dans un laboratoire scientifique, se sont tournés vers la justice afin que leur fils soit reconnu comme victime des attentats du 13 novembre. Les juges d’instruction ont estimé le mois dernier que Guillaume Valette pourrait bien être le 131e mort de ces attaques terroristes révèle Le Parisien. Les magistrats se sont basés sur un rapport médical ayant considéré que son suicide était consécutif aux attentats. La cour d’assises doit désormais confirmer cette décision.

Son état d’anxiété l’a conduit a être hospitalisé en psychiatrie

Le jeune homme avait fait l’objet d’un examen médico-légal par le psychiatre du Fonds de garantie des actes de terrorisme et autres infractions (FGTI) en janvier 2017. Dans son compte rendu, le médecin avait décrit les dégâts majeurs de cet attentat sur le psychisme de la victime : « Ce sujet présente un trouble psycho-traumatique caractérisé, qui reste évolutif, avec de très nombreux évitements, des moments d’anxiété majeure en de nombreuses circonstances (…) ». Le psychiatre avait par ailleurs précisé que l’état du jeune homme n’était pas stabilisé.

L’état médical de Guillaume s’est dégradé à l’été 2017 et son état d’anxiété l’a conduit a être hospitalisé en psychiatrie en août, trois mois avant son suicide. A la suite de son décès, ses parents se sont rapprochés d’une avocate, Me Claire Josserand Schmidt, qui intervient notamment auprès de l’Association française de victimes du terrorisme (AFVT). Alain et Arlette Valette sont en effet persuadés que leur enfant est une victime directe des attentats du 13 novembre.


Guillaume Valette. (photo Facebook)

Une « dépression délirante »

Le Dr Catherine Wong, une psychiatre spécialisée dans la réparation juridique du dommage corporel, a alors été sollicitée. Dans ses conclusions, la médecin a indiqué que Guillaume souffrait d’une « dépression délirante ». Le trentenaire traversait une phase hypocondriaque lorsqu’il s’est suicidé et a écrit dans sa lettre d’adieu qu’il pensait être atteint d’un cancer de l’œsophage. Le Dr Catherine Wong a aussi rappelé que la victime n’avait aucun antécédent psychiatrique.

« On peut établir que le traumatisme du 13/11/15 a été responsable d’un état de stress post-traumatique chez M. Guillaume Valette, qui s’est compliqué d’un épisode dépressif majeur (…) Le suicide de M. Valette Guillaume est donc bien la conséquence ultime de l’attentat du 13/11/15 », a-t-elle expliqué.

Des blessures invisibles

Des explications qui ont convaincu les juges d’instruction qui ont envoyé le 2 mai dernier, un avis à partie civile, reconnaissant ainsi implicitement le statut de victime de Guillaume Valette. Me Josserand Schmidt qui s’est réjouit de cette décision, est revenue sur les blessures invisibles touchant de nombreuses victimes : « Ces blessures peuvent, tout autant qu’une jambe amputée ou un œil arraché, handicaper la victime dans sa sphère personnelle, familiale, intime, sociale, professionnelle… ». L’avocate a estimé que l’histoire de Guillaume devait aussi alerter les pouvoirs publics sur la nécessité d’accompagner les victimes dans la durée.

Dans une lettre ouverte diffusée sur Facebook, la mère de Guillaume a estimé que le suivi de son fils a « été insuffisant ». « Suite à cet attentat du Bataclan, il a subi un choc post-traumatique et n’a pas été aidé à la hauteur de sa souffrance », a-t-elle également écrit dans ce récit, rendu public quelques jours après la mort de son fils.

Un homme qui avait perdu sa femme et son fils lors de l’attentat de Nice est décédé

Nombreuses sont les victimes du terrorisme qui souffrent longtemps après les faits. Ce 12 juin, Tahar Mejri est décédé à l’âge de 42 ans. Il avait perdu sa femme et son jeune fils dans l’attentat de Nice. Si les raisons de son décès sont pour l’heure inconnues, pour ses proches, Tahar souffrait terriblement de la disparition brutale d’Olfa et de Kylan, 4 ans.

« On a essayé de lui insuffler une envie, avec des projets de vie. Mais il était en permanence avec Kylan, enfermé dans sa souffrance. Un papa lié à jamais à son fils, qui voulait des réponses à ses questions », a expliqué son avocate Me Cathy Guittard.