Serveur tué pour un kebab à Noisy-le-Grand : El Hadji Bamba condamné à 25 ans de prison

Illustration. (shutterstock)

El Hadji Bamba, multi-récidiviste de 36 ans, a écopé ce vendredi d’une peine de 25 ans de prison pour le meurtre d’un serveur de kebab qu’il jugeait trop lent. La victime a été tuée de deux balles de 9 mm à Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis).

Son sandwich mettait trop de temps à venir : la cour d’assises de Seine-Saint-Denis a condamné vendredi à 25 ans de réclusion criminelle un multi-récidiviste de 36 ans pour le meurtre en 2019 d’un serveur de kebab. En début de soirée, la cour a reconnu El Hadji Bamba coupable du meurtre de Mohamed Fares Ben Yahiaten, un Tunisien arrivé en France un an et demi auparavant, en août 2019 dans un restaurant-snack de Noisy-le-Grand.

Elle a assorti sa peine de prison d’une période de sûreté des deux-tiers. Le meurtrier a également reçu une obligation de soins et une interdiction de port d’armes pendant une durée de quinze ans.

Plus tôt dans la journée, le parquet avait requis 30 ans de prison au cours d’un réquisitoire que l’accusé a écouté la tête enfouie dans ses genoux. « Vous devez rendre la justice dans cette affaire et votre rôle est de protéger la société (…) Il n’y a pas de place pour la clémence dans ce dossier », a déclaré l’avocate générale à la cour qui jugeait depuis mardi El Hadji Bamba.

« Fais-moi le sandwich ou je te tue »

Le 16 août 2019, l’accusé entre fortement alcoolisé dans le restaurant-snack Le Mistral et commande un sandwich. L’attente s’étirant, il s’énerve contre des serveurs, devient menaçant. Mohamed Fares Ben Yahiaten, un serveur chargé ce jour-là de préparer les pizzas, tente de le calmer et lui propose une pizza à la place d’un sandwich. El Hadji Bamba s’emporte, le menace avec son arme de poing achetée peu de temps auparavant sur Snapchat. « Fais-moi le sandwich ou je te tue », lance-t-il. Puis il tire à trois reprises. Deux balles de 9mm se logent dans le corps de la victime, dont une dans les poumons. L’employé décède sur place.

Poursuivi pour meurtre, l’accusé compte déjà 26 condamnations à son casier judiciaire. Violences, conduite sans permis, vol, menaces de mort, détention de stupéfiants… El Hadji Bamba, écroué depuis les faits, a déjà effectué cinq séjours en prison, le premier alors qu’il était mineur. « Quelqu’un qui a conscience de son problème de violence est quelqu’un qui peut être aidé. Quelqu’un qui nie ce problème, qui le reporte sur les autres, est un récidiviste », a tancé l’avocate générale dans son réquisitoire.