Strasbourg : 648 kg de mortiers d’artifice destinés à la revente saisis dans un véhicule, deux hommes arrêtés

Illustration. (photo Baziz Chibane/PhotoPQR/La Voix du Nord/Maxppp)

INFO ACTU17. Les policiers de la brigade anticriminalité (BAC) ont découvert près de 650 kilos de bombes et de mortiers d’artifice dans un véhicule utilitaire où se trouvaient deux individus, dans la nuit de mercredi à jeudi à Strasbourg (Bas-Rhin). Ils ont déclaré que ce matériel venait de la République Tchèque.

Un simple contrôle routier est à l’origine de cette découverte. Une patrouille de la BAC a repéré un conducteur qui circulait à pleine vitesse vers 01h30, au niveau du pont de l’Europe à Strasbourg. Il s’est arrêté à la demande des forces de l’ordre et des vérifications ont débuté. Durant le contrôle, les policiers ont aperçu de nombreux cartons à l’arrière de ce véhicule utilitaire. Le chauffeur et son passager ont déclaré qu’il s’agissait de feux d’artifice achetés en République Tchèque indique une source proche de l’enquête. Les deux hommes de 29 et 24 ans ont ensuite reconnu qu’ils voulaient les revendre, mais au Portugal.

Ces derniers ont été interpellés et placés en garde à vue. Dans leur véhicule, les forces de l’ordre ont mis la main sur 46 cartons – pour un poids total de 648 kg – contenant près de 7400 bombes d’artifices de type F4 ainsi que 1210 mortiers d’artifice de type F3. La vente et l’utilisation de ce matériel est réglementée et interdite au mineur.

Une perquisition a été menée dans la foulée au domicile respectif des deux hommes mais n’a pas permis de découvrir d’autres artifices ou d’éléments déterminants pour la suite des investigations. L’un des suspects était déjà connu des services de police d’après cette source. Une enquête a été ouverte et confiée à la sûreté départementale (SD). Elle permettra d’éclaircir les intentions des deux complices qui sont soupçonnés d’avoir importé ce matériel pyrotechnique, pour le revendre en France.

Les forces de l’ordre sont régulièrement prises pour cible par des tirs de mortiers de ce type. A Compiègne (Oise) ce mardi après-midi, un policier a eu le nez brisé après avoir reçu un feu d’artifice en plein visage, durant une patrouille. Trois individus de 18 et 17 ans ont été placés en garde à vue.

Un homme qui vendait des mortiers sur Snapchat interpellé

En début de semaine à Strasbourg, les enquêteurs de la SD ont saisi 233 mortiers d’artifice de catégories F3 et F2, et 220 pétards, au domicile d’un homme qui les vendait sur le réseau social Snapchat. Âgé de 20 ans, le mis en cause a été déféré et jugé dans le cadre d’une comparution immédiate ce mardi.