Suicides dans la police : Christophe Castaner annonce la mise en place d’une «cellule de vigilance»


Christophe Castaner le 22 Février 2019. (photo Twitter @CCastaner)

Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner s’est rendu à l’hôpital des gardiens de la paix à Paris (XIIIe) ce vendredi matin et a évoqué le fléau des suicides qui touche durement les forces de l’ordre.


« J’ai mis en place une cellule de vigilance sur la question des suicides, que j’installerai dans les 15 jours » a annoncé Christophe Castaner face aux journalistes ce matin.

Le déplacement du ministre de l’Intérieur intervient alors qu’au moins 25 policiers et 2 gendarmes se sont donnés la mort depuis le 1er janvier. Un chiffre particulièrement inquiétant, en forte hausse, qui représente plus d’un suicide tous les 4 jours en 2019.

« Je souhaite aussi que, au moment de la crise, au moment où une personne suicidaire tente de passer à l’acte, elle puisse aussi avoir une écoute, une orientation », a expliqué Christophe Castaner.

Le ministre de l’Intérieur a annoncé la création d’une « cellule alerte prévention suicide » pour la police nationale pilotée par Noémie Angel, membre de l’Inspection générale de l’administration (IGA). Cette cellule aura pour mission de porter le plan d’actions et sera également chargée de faire des propositions au ministre.

Une cellule disponible « 24 heures sur 24 »

Évoquant la création de cette « cellule de vigilance », le ministre de l’Intérieur a ajouté qu’elle aurait pour rôle « d’animer la réflexion » et d’être « disponible ». « Pour qu’un policier, un gendarme, un fonctionnaire du ministère, puisse 24 heures sur 24, trouver une oreille attentive et puisse être ensuite accompagné » a-t-il détaillé.

« J’en ai assez d’entendre, à chaque fois, « ça n’avait rien à voir avec le service, c’était seulement personnel ». Nous ne pouvons ignorer que le suicide est lié à un ensemble de facteurs, pas seulement à un fait déclencheur » a écrit également le ministre sur Twitter.

« J’ai décidé d’affirmer haut et fort que le suicide dans la police et la gendarmerie ne sera jamais une fatalité » a par ailleurs expliqué Christophe Castaner.

En 2018, 35 policiers et 33 gendarmes se sont suicidés, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur.