Toulouse : Il montent à l’échelle et détruisent une caméra de la ville à coups de marteau, 2 interpellations


Illustration. (shutterstock)

Après la – bien connue – attaque à la disqueuse, c’est à coups de marteau que des vandales ont détruit une caméra de vidéosurveillance de la ville de Toulouse (Haute-Garonne). Cette méthode a toutefois un inconvénient : celle de faire apparaître son visage en gros plan sur les écrans du Centre de supervision urbaine (CSU).

C’est donc ce qui s’est produit, dimanche vers 2 heures du matin au niveau du chemin de Papus à Toulouse. Plusieurs individus ont utilisé une échelle escamotable pour détruire une caméra de vidéosurveillance de la ville.

Les opérateurs vidéo, qui n’ont visiblement pas apprécié le geste technique, ont aperçu les vandales déployer leur échelle en trois parties. Ils ont immédiatement dépêché des policiers sur place.

Deux interpellations

Une patrouille de police munie d’un signalement précis des suspects est rapidement arrivée sur place. Deux adolescents de 17 ans ont été interpellés, rapporte actuToulouse.

Sur l’un d’entre eux, les policiers ont saisi quelques grammes de d’herbe de cannabis. L’adolescent a reconnu les faits qui lui sont reprochés et sera convoqué devant le délégué du procureur.


Le second, pour sa part, a totalement nié avoir participé à la destruction de la caméra. Il devait faire l’objet d’un déferrement devant la justice. La municipalité a déposé plainte pour « dégradation de bien public ». Le préjudice n’est pas encore évalué. La caméra sera bientôt remplacée.

Des vandales filmés dans le Val-de-Marne

Cette affaire n’est pas sans rappeler la récente interpellation de plusieurs individus qui ont détruit un mât de vidéosurveillance à Créteil.

Vendredi vers 2h15, les opérateurs vidéo avaient aperçu cinq hommes s’approcher du mât de cette caméra située dans le quartier du Palais. Visage masqué et mains gantées, les individus avaient discuté un court instant, avant de déployer une disqueuse et de commencer à attaquer le poteau.

Des équipages de la Brigade anticriminalité (BAC) de nuit de Créteil et des fonctionnaires de Police-secours avaient fondu sur les cinq suspects, dont un seul était parvenu à prendre la fuite.