Toulouse : Ils forçaient des jeunes filles de moins de 16 ans en fugue à se prostituer


Illustration. (Shutterstock / Boyloso)

Grâce à la vigilance d’un employé de la SNCF et à la réactivité des policiers, un gang de quatre proxénètes bien organisé a été neutralisé.


L’affaire a débuté dimanche, lorsqu’une adolescente s’est présentée à un guichet de la gare Matabiau, à Toulouse (Haute-Garonne). Elle souhaitait acheter un billet de train pour Lille, mais son comportement étrange a mis la puce à l’oreille de l’employé SNCF.

Il a fait intervenir le service de sécurité, et la jeune fille a craqué. Elle leur a confié être contrainte de se prostituer dans un appartement du centre-ville par plusieurs individus. Les policiers ont été alertés et l’adolescente conduite auprès des enquêteurs de la Sûreté départementale.

Un dispositif de surveillance mis en place

Vu la précision de ses déclarations, les enquêteurs ont pris son témoignage au sérieux et ont pu mettre en place un dispositif de surveillance discret. L’adolescente leur a indiqué le secteur de la Colombette, dans lequel elle était contrainte de vendre son corps, ainsi que le lieu où se reposaient ses proxénètes.

Au terme des surveillances, les enquêteurs de la Sûreté départementale épaulés par ceux de la brigade anticriminalité (BAC) ont mis en oeuvre un dispositif d’interpellation. Il s’est parfaitement déroulé et les quatre proxénètes ont été interpellés dans la rue puis dans un appartement.


Au moment de l’opération policière, un client s’affairait avec une mineure, dans le logement. Cette dernière apparaissait comme étant âgée de 20 ans sur le site internet de petites annonces dédiées.

La police judiciaire saisie de l’enquête

Le parquet a confié la suite des investigations à la Police judiciaire, relate La Dépêche. Les enquêteurs ont auditionné trois mineures, âgées de moins de 16 ans, asservies par les quatre hommes.

L’enquête a permis de démontrer que ces derniers se relayaient auprès des jeunes filles fugueuses pour gérer l’intendance, la location des logements, publier les petites annonces en ligne, surveiller les clients et… collecter l’argent des passes.

Des faits similaires à Marseille et Lyon

Ce type d’affaire n’est malheureusement pas rare. Deux des suspects interpellés avaient d’ailleurs échappé à un coup de filet de la police lyonnaise en fin d’année, pour une affaire similaire.

D’après un policier qui s’est confié au quotidien régional, le phénomène de la prostitution de mineures en fugue a connu un essor il y a quelques années en banlieue parisienne, avant de s’exporter à Lyon ou Marseille. « La semaine dernière dans la cité phocéenne, des arrestations ont ainsi eu lieu. Une fille de 16 ans et son copain de 21 ans obligeaient une fille de 13 ans à se prostituer ! » rapporte La Dépêche.