Toulouse : Les squatteurs ont quitté la maison de Roland, 88 ans, sous la pression des voisins


La maison de Roland était squattée depuis septembre dernier. (Google view)

Après près de six mois d’occupation illégale de sa maison située à Toulouse (Haute-Garonne), Roland, 88 ans, a pu récupérer son bien. Les squatteurs ont décidé de partir, sous la pression d’habitants venus soutenir l’octogénaire.


C’est un dénouement heureux qui a eu lieu de jeudi soir vers 20 heures. La maison de Roland était squattée depuis près de six mois et la justice a confirmé que les squatteurs, qui avaient changé les serrures, ne pourraient pas être expulsés avant la fin de la trêve hivernale, le 1er juin. L’affaire avait été révélée par nos confrères de La Dépêche le week-end dernier.

Depuis, de nombreux habitants avaient décidé de soutenir cet homme de 88 ans, qui souhaite vendre sa maison pour pouvoir retrouver son épouse qui vit dans un Ehpad, dans un département voisin. Les voisins se sont rassemblés autour de la maison ces derniers jours et des négociations ont été entamées avec les squatteurs, qui refusaient de quitter les lieux. Vers 18h30, la trentaine de personnes qui se trouvaient dans la maison ont finalement décidé de partir.

« C’est la peur qui les a fait partir »

« On a négocié. À leur demande, on a fait s’éloigner les journalistes et les policiers qui ont joué le jeu », raconte Jordan Cassaing, l’un des « négociateurs », au quotidien régional. « J’ai promis que, s’ils sortaient, il n’y aurait pas de violences. Ils ont fini par être à l’écoute ».

« Ils ont eu peur qu’on se jette sur eux. C’est la peur qui les a fait partir », reconnait un autre habitant venu soutenir Roland.


Le cadenas installé par les squatteurs sur le portail de la maison a ensuite été scié et les policiers ont pu inspecter les lieux. Des matelas sales jonchaient le sol mais l’habitation n’avait pas été dégradée. Diane, la fille de l’octogénaire était présente et n’a pas caché son émotion, alors qu’elle était applaudie par les habitants venus à leur secours.

« C’est un rêve pour moi »

« Je suis content, je remercie tout le monde de m’avoir aidé, je suis soulagé et très content », a réagi Roland auprès de nos confères. « C’est un rêve pour moi, je vais pouvoir vendre la maison et rejoindre la femme que j’aime. »

Jean-Luc Moudenc, le maire de Toulouse, s’est lui aussi réjoui du départ des squatteurs. « Je salue l’élan citoyen qui nous a permis ce succès. Je suis heureux pour Roland, qui va enfin retrouver la possession de sa maison », a-t-il écrit sur Twitter. « Je réitère ma demande à l’État de confier aux maires la capacité d’agir sur ces squats, trop nombreux, pour que les lois de la République s’appliquent ».